En descendant la mer de Tasmanie

Le 21 décembre 2016

Samedi 17 décembre, après la visite de Launceston, cap vers l’Est. Nous avons plusieurs heures de route devant nous. Nous croisons encore une fois des paysages très verts, des champs, des forêts… le tout en passant à travers les montagnes. Forcément, il fait très frais!

Et puis nous redescendons enfin vers la côte et la Bay of Fires. Nous arrivons en fin de journée dans la baie et nous nous installons dans un camping gratuit en bord de mer. Alors c’est pas grand luxe (juste des toilettes) mais c’est quand même bien agréable de dormir avec le bruit des vagues. S’il ne faisait pas si humide, on aurait presque envie de piquer une tête.
 

Dimanche matin, on s’accorde un petite grasse matinée avant de partir faire une balade sur la plage. Et franchement, c’est pas mal ce coin…Nous passons la matinée à découvrir les bords de la baie, jusqu’à arriver à la réserve à proprement parler. C’est là que les fameux rochers rouges (d’où le nom de la baie) sont les plus nombreux. Il n’y a pas à dire, c’est vraiment joli. Nous faisons aussi un détour pas Binalong Bay, situé juste en face où là aussi, le paysage est magnifique.
Et puis nous quittons cet endroit pour nous diriger vers un autre parc national, le Freycinet. Nous y arrivons en milieu d’après-midi. Et là petite surprise, le camping du parc ne propose que des douches froides… pas le choix, une fois encore! Mais le sacrifice vaut le coup, nous nous retrouvons face à la mer, idéal pour profiter du coucher de soleil.

Lundi matin (avec le vent et la fraicheur) nous décidons de reprendre notre travail sur le site car nous prenons du retard. Et puis à la mi-journée, nous partons enfin à la découverte du parc par une rando qui nous emmène jusqu’à la plage de « Wineglass Bay » (oui elle a la forme d’un verre de vin, même si ça ne se voit pas trop sur la photo).

Trois heures plus tard, nous voici de retour au camp… et nouvelle douche froide! Celle-là fait du bien après l’effort!
En milieu d’après-midi, nous décidons de reprendre la route un peu plus vers le sud pour atteindre Tasman Peninsula le lendemain.
Nous nous arrêtons pour la nuit dans un camping gratuit où nous avons même droit à une table, grand luxe! Et puis on ne traine pas trop: l’humidité est de retour et nos jambes sont quand même un peu fatiguées!

Mardi matin, nous nous réveillons avec la fraicheur et… le vent qui semble se renforcer chaque minute un peu plus. Nous comptions travailler sur la table du camp, mais c’est impossible avec la météo. Nous décidons donc de continuer encore notre route vers le Sud. A la mi-journée, nous trouvons un endroit un peu à l’abri du vent pour travailler… et enfin poster nos articles sur le site. Mais comme on ne bouge pas, on a vite froid et on se retrouve à bosser à l’intérieur de la voiture… pas franchement agréable, mais bon il faut bien terminer, au moins jusqu’à ce que la batterie de l’ordinateur nous lâche. Car c’est le problème avec les camping gratuits… il y a rarement une prise pour recharger l’ordinateur… C’est ce qui nous bloque un peu ces derniers jours!

Après quelques heures de travail, à la fin de la batterie (forcément), nous reprenons la route et nous arrivons en fin de journée au camping du Tasman National Park. De là, nous pouvons entendre l’océan et surtout nous avons des nouveaux amis pour la soirée: un kangourou et son petit qu’elle promène dans sa poche…

Le lendemain, mercredi, nous commençons la journée par une petite balade dans le parc et puis nous partons pour Port Arthur. On espère pouvoir apercevoir l’ancienne prison de l’île… D’ailleurs, c’est le mot, on ne fera qu’ « apercevoir » le site. L’entrée est beaucoup trop chère pour nous… nous ne sommes pas les seuls à faire demi-tour, beaucoup de visiteurs sont surpris par les tarifs. Heureusement pour nous, le détour n’était pas énorme pour venir jusqu’ici.

Nous décidons alors de continuer notre route vers le sud. Direction Huonville, où s’étaient installés des Français à l’époque de la colonisation. Aujourd’hui c’est le royaume des vergers, il y a des arbres fruitiers partout. Nous poussons la balade jusqu’à Cygnet où la route longe la côte. Un chemin magnifique où les vues sur la baie sont toujours aussi belles.
 

Et puis nous revenons dans le premier camping que nous avions fait sur l’île. Nous savons que la douche y est chaude… et que nous pourrons terminer le travail sur le site. Pendant cette fin de journée, nous écrivons ces lignes (entre autres)… Nous sommes également motivés pour écrire nos cartes postales. Mais la fraicheur de la soirée va nous pousser à aller au chaud sous la tente. On terminera tout ça demain matin!

Le port de Cygnet