Le delta du Mékong en deux-roues

Le 10 mars 2017

Ce jeudi 2 mars, dernier réveil à Ho Chi Minh City! C’est le jour du grand départ pour le delta du Mékong. Mais avant ça, nous prenons un bon petit déjeuner dans notre rue avec de supers jus de fruits frais (pour trois fois rien). Nous laissons nos gros sacs à l’hôtel pour les prochains jours et nous partons enfin chez le loueur avec nos petits sacs à dos.
La moto est là, mais il faut encore attendre que le mécanicien vienne tout vérifier… Une heure après tout est fait et nous sommes fin prêts à démarrer!
Les premiers mètres sont un peu fébriles… il faut dire que dans l’agitation des rues de HCMC on se sent tout petit. Au bout de quelques kilomètres, Matthieu se sent vraiment à l’aise, il conduits presque comme un local. D’ailleurs, les Vietnamiens sont surpris dès qu’ils nous voient sur notre engin, leur réaction est assez marrante à voir.

 

Nous nous retrouvons sur des routes assez larges, avec des camions et beaucoup, beaucoup de scooters… mais heureusement tout se passe bien, juste une petite averse qui nous forcera à faire une plus longue pause que prévue.
Enfin, vers 16h, nous arrivons vers My Tho, c’est autour de cette ville que nous avons réservé nos deux premières nuits: on va dormir chez Monsieur Thai, une bonne adresse recommandée par Pandora et Ronan (qui sont en avance de quelques jours sur nous). On doit l’avouer, on s’est un peu perdus dans les chemins au milieu des canaux… mais enfin, nous trouvons la maison de Monsieur Thai, un petit paradis avec des arbres partout, des bassins, une terrasse ombragée.
Nous prenons quelques minutes de repos après ce long trajet (presque 4h quand même) et puis nous repartons pour une petite balade dans les alentours, histoire de voir d’un peu plus près le Mékong…

Coucher de soleil sur My Tho

Nous rentrons avant la nuit chez Monsieur Thai qui va nous faire adopter le rythme local: à peine sortis de la douche il nous annonce que le dîner est servi, il n’est même pas 19h, on n’a pas vraiment l’habitude. Mais on le pardonne volontiers, parce que son dîner (ou plutôt celui que sa femme a préparé pour nous) est excellent!
Le calme ambiant est un peu perturbé par une des voisins de Thai… il chante au karaoké, c’est leur grande passion ici, et tant pis s’ils n’ont pas la note, l’important c’est de crier dans le micro!

Vendredi matin, Thai nous sert un petit déjeuner excellent! Et puis nous partons sur notre « bécane » pour une journée de balade dans les alentours. Nous empruntons tout plein de petites routes qui traversent des paysages superbes: rizières, plantations de bananiers, palmiers… Enfin, du vert après ces quelques jours à Ho Chi Minh City.
Sur la route, nous faisons aussi un stop pour visiter un immense temple. L’entrée est faite de jardins et bassins et plus on s’enfonce, plus les bâtiments s’enchainent, c’est un énorme complexe avec, en plus des lieux de prière, de vrais lieux de vie: dortoir des moines, petit café pour les visiteurs…

Petit dîner chez Thai

Nous poursuivons notre route dans cette partie du delta jusqu’au bout de la péninsule et puis nous rentrons tout doucement jusqu’à notre chambre. Nous faisons un dernier arrêt à Ben Tre, où nous pouvons mesurer la force et la grande taille du Mékong qui passe dans la ville. Ici, on remarque que quelques bâtiments datant de la colonisation française ont subsisté.
Et puis, nous sommes de retour chez Thai, qui nous servira le dîner très tôt une fois encore. Ce n’est pas pour nous déplaire puisque nous sommes épuisés par notre journée, et nos fesses commencent à souffrir!

 

Samedi, c’est le moment de quitter ce petit coin de paradis. Mais avant ça nous profitons du calme (et de la connexion) pour avancer sur notre site internet parce que mine de rien on commence à prendre du retard.
Monsieur Thai tient à nous servir le déjeuner et c’est donc remplis de forces que nous reprenons la route, direction Can Tho, LA grande ville du delta. C’est surtout d’ici qu’il est possible d’aller voir les fameux marchés flottants.

Une nouvelle fois, nous traversons la campagne vietnamienne, et chaque regard croisé est plein d’interrogation: « Mais que font ces deux touristes perdus ici? », certains s’en amusent et nous lancent des « Hello, hello » depuis le bord de la route.

Après presque 3h de route, une nouvelle expérience nous attend… le ferry. Rien à voir avec ce qu’on connait en France. Ici, il faut se faire sa place et ne pas respecter la file d’attente est une institution. Heureusement, Matt maitrise les techniques locales et on arrive à se faire une place pour les 15 minutes que dure la traversée.

Nous reprenons ensuite la route et arrivons enfin à Can Tho en fin d’après-midi, par un pont immense et là, on se rend compte de l’immensité du fleuve, c’est impressionnant! Nous nous installons dans une guesthouse où on nous propose tout de suite une sortie sur les marchés flottants pour le lendemain matin. Ca fait quand même 50$… on n’est pas très chauds sur le principe! Surtout que Thai nous a dit que c’était trop cher, d’après lui (qui a travaillé des années dans la région) , il est possible de trouver des pêcheurs qui nous prennent sur leur barque pour beaucoup

moins que ça. On décide donc de tenter notre chance tous seuls le lendemain matin.En attendant, nous passons la soirée au marché de nuit de la ville, sur les bords du Mékong. l’animation est à son comble, c’est samedi soir, tous les vietnamiens sont de sortie!

Ce dimanche 5 mars, le réveil est très matinal, pour arriver tôt aux marchés flottants. Après une bonne demie heure de route, nous arrivons sur les bords de Phong Dien, le plus joli d’après ce qu’on a lu et le moins touristique. Au moins, nous voyons déjà pas mal de bateaux avec des touristes à bord. A peine descendus de la moto pour prendre quelques photos, une mamie déboule et nous propose de nous emmener à bord de sa barque. Elle nous annonce un prix très raisonnable. Pour 6€, nous ne cherchons même pas à marchander. C’est parti pour une bonne heure à déambuler dans le marché avec notre mamie.

On nous observe dans le ferry

Après un passage par chez elle (sur les bords de la rivière), nous sommes de retour sur la terre ferme. Contrairement à toutes les excursions organisées, nous n’avons pas visité d’usine à pattes de riz, pas de pause dans un café non plus, mais ce n’était pas vraiment ce qui nous intéressait. Nous avons vu un marché flottants, avec ses couleurs, son animation… c’est ce que nous étions venus chercher.
Nous continuons notre périple dans le delta du Mékong par une nouvelle journée à traverser des paysages verdoyants, entrecoupés de bras du Mékong plus ou moins larges. Sur la route, nous faisons une (longue) halte dans un Café Hamac. Une institution ici, en fait au lieu d’avoir des chaises autour des tables, ce sont des hamacs. Inutile de dire que nous nous sommes facilement laisser aller à une petite sieste, surtout que la chaleur à cette heure de la journée ne nous donnait pas vraiment envie de repartir.
Enfin, vers 14h, nous reprenons la route vers Cao Lanh. Une nouvelle fois, nous devons prendre un ferry et arrivons enfin à destination aux alentours des 16h! Et on a faim!!! Nous déposons nos affaires dans l’hotel et partons à la recherche d’un petit resto. Nous trouvons rapidement notre bonheur et on se régale, comme souvent ici. Pour digérer, nous nous lançons dans une petite balade dans la ville, mais elle n’a vraiment rien d’extraordinaire. Nous terminerons la journée dans notre chambre d’hôtel à travailler et passer quelques coups de fils. Le WiFi est un peu capricieux mais il fonctionne!

 

Lundi matin, dernier réveil dans le delta du Mékong. Et mauvaise nouvelle, le WiFi de l’hôtel nous a complètement lâchés, impossible de poster tout le travail effectué la veille sur le site.
Nous partons pour un petit déjeuner dans la ville et ce sera un « com tam », du riz avec un bout de viande qui a mariné dans on ne sait quoi mais c’est excellent! Et puis nous perdons une bonne demi-heure dans un café local où il est impossible de se faire comprendre…


Nous partons enfin pour Xeo Quyt Forest. Nous voulons nous y arrêter pour voir ce camp de base de l’état-major Viet Cong pendant la guerre contre les Etats-Unis. Aujourd’hui c’est devenu une sorte de parc avec balade dans les canaux à la gloire des anciens combattants. La promenade est intéressante, on réalise que les Vietnamiens ont organisé la résistance depuis ce coin isolé et humide alors que les Etats-Unis étaient basés à à peine deux kilomètres de là.

Abri construit dans la forêt

Avec la chaleur, on imagine dans quelles conditions la guerre se déroulait il y a plus de 40 ans. Après la visite, nous reprenons la route et dans cette partie du delta nous croisons des hectares de rizières, c’est simple, il y a du vert à perte de vue! Nous croisons aussi des élevages de poissons, c’est l’heure du repas et le moins qu’on puisse dire c’est que c’est impressionnant. Tous les poissons s’agitent autour du radeau d’où on leur verse la nourriture.

Petit à petit nous quittons le calme du delta et nous rapprochons de plus en plus de Saïgon. Nous le sentons à  la circulation qui se densifie au fil des kilomètres.

Nous arrivons dans la ville à l’heure de pointe (si elle existe vraiment). En tous cas les rues sont bondées, tout le monde va dans tous les sens! Heureusement, il ne nous arrive rien et nous rendons notre engin impeccable! Notre loueur est d’ailleurs ravi de nous voir revenir sains et saufs et à l'heure.

Nous repartons dans notre petite guesthouse où nous retrouvons nos sacs intacts! Ce soir, ce sera notre vraie dernière soirée à Ho Chi Minh City, nous la passons au resto Hué, on ne peutpas résister à l'excellent Bun Cha Ha Noi! Demain, direction le Nord et la cité balnéaire de Nha Trang!