Un petit (dé)tour dans le Chiapas

Le 5 octobre 2017

Mercredi 2 août… bon anniversaire Isabelle! Une journée qui commence par de jolis cadeaux (pour tout le monde)… des chapeaux, acheté à Bacal, LA ville où on fabrique les panamas dans le pays. Des panamas au Mexique, étrange me direz-vous… Il faut savoir que ces fameux chapeaux appelés panamas sont en fait d’origine mexicaine. En effet, ils ont pris cette appellation car ils étaient portés par les ouvriers mexicains travaillant sur le Canal de Panama… A l’arrivée dans le village on se fait carrément poursuivre en vélo par des vendeurs. On cède pour visiter un premier atelier qui nous parait assez industriel et nous nous rendons ensuite chez une seconde famille où tout ça a l’air plus authentique. C’est d’ailleurs là que tout le monde craque pour ce joli souvenir.

Les petites infos en +:

Palenque: 70P / personne pour le site + 32P pour le parc national.
Parking : comptez 30P

Le deuxième arrêt de la journée se fera quelques heures plus tard à Campeche, la capitale de l’état du même nom. Une superbe ville, très colorée, avec une jolie place d’Armes. On ne résiste pas à prendre un verre sur un des balcons qui surplombe la place principale. Malheureusement, il nous faut reprendre la route. On aurait aimé profiter un peu plus de ce bel endroit mais le Chiapas nous attend… et on a encore des kilomètres devant nous.
Pour cette soirée d’anniversaire, nous faisons une halte à Escarcega. Un peu la seule ville entre Campeche et Palenque.

Le tressage des fibres pour faire les chapeaux
Les belles couleurs de Campeche

Après la longue journée de route de la veille, on prend notre temps ce 3 août au matin. Il faut dire qu’on a un peu envie de profiter de la piscine de l’hôtel… Ca fait du bien de flâner un peu mais on ne peut pas trop s’attarder non plus. Il y a encore de la route qui nous attend. En milieu d’après-midi, nous arrivons à Palenque sous une chaleur accablante. On ne va pas perdre les bonnes habitudes… un saut dans la piscine pour se rafraichir. On doit avouer qu’on commence à s’habituer à notre nouveau standing. Le retour à la réalité risque de faire mal dans quelques jours, mais il vaut mieux ne pas y penser. Après cette pause rafraichissante, nous partons à la découverte de la ville-même de Palenque. Rien d’extraordinaire, mais des gens souriants et toujours de belles couleurs où qu’on regarde. Ce pays nous plait vraiment, on commence à réellement s’en rendre compte.

Le lendemain matin, on se lève assez tôt et on profite d’un super petit déjeuner! Pas le temps de trainer, direction le site de Palenque, perché dans la jungle… avec des moustiques! Les vestiges sont encore différents de ceux que nous avons vus jusqu’à maintenant… beaucoup de pyramides et surtout un palais. Sur les parois on devine encore certaines couleurs, c’est fou de voir ça! Dans le palais justement, on découvre des pièces, dont une qui serait la chambre du roi… allez savoir, ils ont peut-être vu juste!

Après cette jolie (et chaude) visite, petite étape à l’hôtel pour récupérer les bagages mais aussi pour profiter de la fraicheur de la piscine… vraiment, on s’habitue au luxe! Pique-nique sur la terrasse et puis c’est déjà le moment de repartir. Au départ, nous pensions aller jusqu’à San Cristobal de las Casas, mais trop de route (en plus pas très sûre), on ne va pas tenter le diable, surtout en étant à quatre. On se dit qu’on reviendra!
Du coup, c’est reparti dans l’autre sens et en fin d’après-midi, nous sommes de retour à Escarcega, cette ville étape entre le Chiapas et le Campeche. Comme l’avant-veille, nous profitons de la piscine pour oublier la chaleur de la journée et nous partons pour un dîner typique en bord de route, dans cette ville pas vraiment charmante.

Une des pyramides du site
Petit aperçu de Palenque