Valparaíso, une jolie parenthèse

Le 13 avril 2018

Valparaíso… LA capitale des tags et autres graffitis, à seulement deux heures de Santiago, sur la côte! Nous y arrivons à la mi-journée ce dimanche 4 avril, en compagnie de Manu. Il rentrera chez lui en fin de journée pendant que nous passerons les prochaines 48 heures ici. Il sera notre guide aujourd’hui et pour découvrir au mieux cette ville mythique, il nous amène d’abord au pied de deux collines les plus connues: le Cerro Alegre et le Cerro Concepcion qui surplombent la Place Sotomayor et le port.
Du bas de la ville, nous partons donc à l’assaut de ces ruelles. Mais comme il fait chaud… on prend un ascenseur, il y en a quelques dizaines encore en fonctionnement dans la ville et rien que pour l’expérience, ça vaut le coup.

Une fois sur les hauteurs du Cerro Alegre, on se rend compte de la taille de Valparaíso. On comprend que les quartiers touristiques (avec tous les graffitis) sont en fait une infime partie de cette ville de presque 300.000 habitants. D’ailleurs, on ne le sait pas toujours, mais c’est ici que siège le Parlement chilien. Les députés ont été « délocalisés » pour décentraliser le pouvoir établi à Santiago et c’est ici, à Valpo, que le nouveau président va prêter serment dans quelques jours.

Revenons à notre premier contact avec cette ville… on est tout de suite sous le charme. Ça sent la douceur de vivre, mais comme nous sommes dimanche et que la saison touristique touche à sa fin certaines échoppes sont fermées, ce qui n’enlève rien au charme des ruelles et à l’effet produit par les couleurs des graffitis… Le temps de passer à notre hostel déposer nos sacs, nous partons déambuler dans les ruelles. 

Pour déjeuner, nous décidons de repartir en bas de la ville, moins touristique, avec forcément des prix bien plus abordables, et on se régale avec un beau morceau de merlu. Bon, en dessert, c’est de la gélatine colorée… le must ici au Chili, tout simplement immangeable pour nous.Après cette pause, Manu décide de nous amener le long de la côte. Nous aurons tout l e temps de nous perdre dans les ruelles de la ville les prochains jours, il veut que nous voyions un peu plus loin. Nous passons donc par Viña del Mar (un peu le Saint-Tropez local) et aussi Concón, devenu depuis peu le paradis des surfer, un sport tout nouveau pour les Chiliens.

Une pause empanada plus tard, nous sommes de retour à Valparaíso, où Manu nous dépose. Nous nous retrouverons à Santiago mardi soir, d’ici là nous allons partir à la découverte de cette ville qui nous séduit déjà. Après un détour par le supermarché pour assurer notre petit déj’ du lendemain, nous découvrons un peu plus ces ruelles avant de nous assoir dans un petit troquet pour boire un bon pisco sour.

Lundi matin, nous sommes d’attaque pour découvrir encore mieux Valparaíso. Nous grimpons sur les hauteurs de notre hostel, en direction du Parc Culturel de la ville. Mais c’est la rentrée et donc, il n’y pas grand chose d’ouvert en cette matinée. Nous avons quand même droit à une jolie vue sur le port qui a du mal à se dégager. La matinée se passe doucement, à s’imprégner de cette jolie ville.

En milieu d’après-midi, nous nous rendons sur la Place Sotomayor, près du port. C’est d’ici que part le Free Tour en français. Nous retrouvons Jonathan que nous avions rencontré à Santiago il y a quelques mois. Après quelques minutes à prendre de nos nouvelles, il nous emmène à la découverte de cette ville qu’il connaît comme sa poche et qu’il adore: ça se sent, ça s’entend et il nous raconte tout ça à merveille.
Une visite de près de 3 heures, pendant lesquelles on apprend l’histoire de ce port très riche au début du siècle dernier et qui a tout perdu avec l’ouverture du Canal de Panama, les années noires qui ont suivi et puis le renouveau grâce au tourisme. La visite concerne principalement les Cerros Alegre et Concepcion, classés au patrimoine mondial grâce notamment à leurs innombrables graffitis. Jonathan qui est lui aussi graffeur nous présente les différents artistes et leurs techniques… il y a pas mal de Français qui sont passés par ici.

Après la visite, sur les conseils de Jonathan, nous partons voir le coucher de soleil sur le Cerro Artillería. De nouveau, il faut prendre un des vieux ascenseurs de la ville… une fois en haut, la vue sur le port et la ville nous permet de réaliser que Valpo ne se résume pas aux rues touristiques: la ville est tentaculaire, accroché à ses collines.
De retour dans la ville, nous terminons la journée dans une brasserie artisanale. C’est aussi ça de voyager: découvrir les productions locales!

Mardi matin, pour notre dernière journée ici, nous décidons d’aller vers le port de la ville: il paraît que les ceviches sont bons et pas chers! A peine descendus du bus, nous savons que nous sommes arrivés à destination… grâce à l’odeur! Nous partons nous balader au milieu des étalages et puis nous allons directement au port où les marins (et leurs femmes) préparent les filets pour le

lendemain. A force de voir tout ça, nous craquons sur quelques coquillages et nous nous offrons un petit ceviche qui n’est pas mal du tout. Ça ne vaut pas ceux du Pérou mais quand même, ça se défend.Derrière le port, nous assistons à un spectacle assez incroyable. Des lions de mer sont là, à attendre que les pêcheurs jettent à l’eau les restes des poissons. Mais ils se disputent la nourriture avec des adversaires plus… terrestres: des chiens. Les animaux se font face, l’un dans l’eau l’autre sur la plage et ils n’en finissent pas d’aboyer, de grogner…

De retour dans le centre historique, nous profitons d’une dernière longue balade dans ces ruelles aux mille couleurs. A chaque coin de rue, nous découvrons de nouvelles créations et on arriverait presque à reconnaitre certains artistes.

Le temps de passer à notre hostel récupérer nos sacs, nous voilà partis vers la gare routière. Des bus partent quasiment tous les quart d’heure pour Santiago, nous en attrapons un et nous voilà de retour chez Marine et Manu, impatients d’être au lendemain… nous devons récupérer le Kombi!

Les petites infos en +:

Ascenseur: 100P le trajet
Micro pour aller au Port: 350P
Micro pour rejoindre la gare routière: 400P

Valpo’Top: visite guidée en français (comptez 3h) qui fonctionne au pourboire. Tous les jours à 15h30 sur la place Sotomayor. Jonathan est hyper pro et toujours de bon conseil, s’il n’a pas trop de boulot, il ne dira pas non pour poursuivre la soirée autour d’une bonne bière (là aussi, il a de bonnes adresses).