Ah le Liban… un petit bout de France au Moyen-Orient. Mais pour se déplacer c’est une autre histoire.
Pour ce deuxième séjour au Liban, nous connaissions déjà quelques astuces et surtout, tout se marchande, même les courses en taxi.
Ça commence dès l’aéroport. Au hall des arrivées, les prix pour les touristes sont exorbitants. Notre ami Michel nous avait dit que la course coutait en moyenne 13$ pour arriver chez lui. On nous a annoncé plus du double. Nous avons donc décider de monter au hall des départs où nous sommes tombés sur des taxis qui pratiquent les vrais prix.

Ensuite, pour circuler dans Beyrouth, comme il n’y a pas de transports en commun et si vous n’avez personne sur place, là aussi il faut utiliser les taxis. Certains pratiquent ce qu’ils appellent le « service », ce qui signifie que vous partagez la voiture avec d’autres passagers pris en route. Même là, il faut négocier, le prix moyen par personne est de 2000 livres libanaises pour une petite course, environ 1,30$. Mais pour des touristes, il faut négocier âprement pour obtenir ce tarif. Quoiqu’il arrive les prix restent quand même raisonnables. Et même si le chauffeur a l’air de faire la tête, s’il accepte la négociation, c’est qu’il s’y retrouve.

Pendant notre passage au Liban nous avons aussi testé les mini-bus, pour circuler en dehors de Beyrouth. Là, si personne ne vous explique avant, c’est aussi très compliqué. Une fois à la gare routière de Dawra, il y a des van un peu partout autour de l’immense place… Mais tout le monde pourra vous indiquer d’où partent les bus pour telle ou telle direction. C’est juste que certaines régions ne sont desservies que par un ou deux bus par jour… Il ne faut pas le louper! Pour le prix, comme pour beaucoup de choses au Liban, c’est très bon marché.

Voilà ce qu’on peut dire sur les moyens de transport libanais… en gros la voiture reste la meilleure option pour éviter de perdre du temps dans les transports et surtout pour voir un maximum de choses. Même si l’expérience en van est mémorable, tant la conduite libanaise est sportive!
Du coup, si vous choisissez l’option voiture, soyez bien sûr de vous… et n’ayez pas peur de demander votre chemin: tout les panneaux (s'il y en a) sont en libanais et il n’y a pas vraiment de nom de rue. Toutes les adresses sont données par rapport aux magasins qui se situent à proximité dans la même rue. Bon courage!

Liban

Août 2016