Vers la "Montagne du Destin"

Le 15 Février 2017

Après avoir quitté le Coromandel, dimanche 5 février au matin, c’est une bonne journée de route qui nous attend (encore). Nous arrivons en fin d’après-midi dans la région du Tongariro, vous savez la montagne qu’on voit dans « Le Seigneur des Anneaux »… Nous passons la nuit dans un camping du DOC situé à moins de 10km du Parc National. Nous retrouvons là-bas Lone, notre petite Allemande rencontrée en début d’année dans l’île du Sud. Elle sera avec nous demain pour la rando.

 

Le lendemain, nous nous réveillons tous les quatre très tôt. On ne sait pas trop combien de temps dure la rando que nous avons prévue de faire. Il vaut mieux commencer le plus tôt possible. Mais avec le petit déjeuner, la vaisselle, le rangement de notre petit campement, et puis le temps de trouver une place au départ de la rando…nous attaquons vers 9h.La première partie est plutôt facile, ça ne grimpe pas vraiment. En chemin, comme le ciel est bien dégagé, nous avons même une vue sur le Mont Taranaki situé à quelques centaines de km d’ici.Et puis après deux heures de « balade », c’est le moment d’attaquer le gros morceau, le Mont Ngauruhoe…

Vu comme ça, ça n’a pas l’air très impressionnant, mais en vrai quand on regarde ce qui nous attend, on n’est pas très confiant. Après quelques mètres, on se rend compte que ça va être long: nous marchons sur des cailloux instables, qui glissent sous chacun de nos pas.

Mais, au final, on trouve qu’on ne se débrouille pas si mal que ça. A peine quelques petites chutes, rien de grave. Après près de deux heures d’ascension… enfin, nous arrivons au sommet de la fameuse « Montagne du Destin » du Seigneur des Anneaux, perchée à près de 2.300m. Et le moins qu’on puisse dire c’est que nos efforts sont récompensés:

Avec cette vue d’enfer, nous décidons de faire notre pause pique-nique ici. Au loin, nous croyons voir une petite colonne de fumée qui sort du volcan, pas très rassurant tout ça! Mais personne n’a l’air de s’inquiéter autour de nous. Vient ensuite le moment de quitter cet endroit… et là, c’est encore un grand numéro d’équilibriste qui nous attend! La roche glisse sous nos pieds, pour descendre sans trop se faire mal, il n’y a qu’une solution: faire comme si on skiait. En gros garder son équilibre et passer d’un pied à l’autre. Après quelques dizaine de mètres notre petite équipe maitrise bien la technique et nous mettrons à peine un peu plus d’une heure à descendre.


Matthieu et moi décidons de rentrer à la voiture, mes jambes n’ont pas envie de continuer le chemin. Arnaud et Lone, eux, ont encore des forces et poursuivent le « Tongariro Alpine Crossing ».
De retour au parking, en attendant nos compagnons, nous avons le temps de faire sécher notre tente que nous avions remballée complètement trempée ce matin à cause de l’humidité tombée dans la nuit. Et puis en fin d’après-midi, tout le monde est de retour. Bilan de la journée 18km et 1.200m de dénivelé pour nous, presque 20km et 1.400m pour Nono et Lone.
Après ce petit bilan nous reprenons la route tous les quatre et nous nous installons dans un camping à une heure d’ici, à Taumarunui. Après une bonne douche chaude, nous apprécions une soirée barbecue sur la terrasse du camping… un bon moyen de reprendre des forces!

Demain, nous devrons dire au revoir à Lone, elle repart vers le Taranaki, pour nous ce sera direction le Northland (au-dessus d’Auckland).