Dans l'immensité de Téhéran

Le 18 septembre 2016

Vendredi 9 septembre, nous voici donc à Téhéran. On avait tout juste aperçu la ville, le jour de notre arrivée. On commence à se rendre vraiment compte de l’immensité de la capitale, puisqu’il nous faut une heure pour arriver à destination. Week-end oblige, les routes sont bondées… Mais nous arrivons enfin chez Mohammad, au Nord Ouest de Téhéran, dans une banlieue calme.
On retrouve chez lui Anthony, qui passe sa dernière journée en Iran.
L’après-midi sera calme, on a besoin de se poser un peu après la folle semaine à Isfahan. Et puis, il faut qu’on garde des forces… la soirée s’annonce animée! Mohammad a trouvé de l’alcool, pour célébrer la dernière soirée iranienne d’Anthony. Nous rencontrons aussi Sepide, la petite amie de Mohammad. Pour l’occasion tout le monde se met aux fourneaux…

La fine équipe aux fourneaux

Samedi, le réveil est plutôt tardif. Pendant la nuit, Anthony nous a quitté et Sarah, une Australienne, a pris sa place chez Mohammad. Nous faisons connaissance avant de partir visiter une toute petite partie de la ville… Nous commençons par aller à Milad Tower, une tour haute de 435 mètres. Du haut du bâtiment, on réalise que la ville compte 9 millions d’habitants (plus de 15 millions avec l’agglomération).

Le Nord de Téhéran

Nous poursuivons la visite par le palais du dernier Shah d’Iran, avant que la République Islamique ne s’impose. Il a quitté le pouvoir en 1979, son palais est donc assez moderne construit dans les années 60. Il ne ressemble pas aux châteaux royaux que nous avons en France. C’est un bâtiment d’une taille raisonnable pour un palais, avec un mobilier et des décorations modernes.

On a l’impression que certains Iraniens regrettent cette époque, où ils étaient libres de faire pas mal de choses même si tous avouent volontiers que le Shah était un dictateur, ouvert, mais un dictateur quand même.
Après la visite, nous faisons une petite balade dans un jardin et nous partons diner autour d’une place animée qui s’anime à la nuit tombée, avec tous les commerces ouverts.

Le palais du Shah

Le lendemain, journée sportive! Réveil à 6h30 pour aller faire une randonnée, dans les montagnes autour de Téhéran. Mohammad, qui est directeur de théâtre, n’a pas trop d’obligation cette semaine. Il se propose donc de nous servir de guide. Un taxi nous dépose au Nord de la ville, et au détour d’une rue… finie la ville, la montagne commence à grimper. Après 4 heures de marche nous arrivons à presque 3000m d’altitude… En plus de la vue, nous apprécions l’air pur. A Téhéran, c’est plutôt l’odeur des gaz d’échappement qui domine.

Après 2 nouvelles heures de marche pour redescendre, nous rentrons prendre une douche et manger. Dans l’après-midi, Mohammad propose de nous amener dans le quartier des universités qu’il connait très bien, puisqu’il est aussi prof à la fac d’Arts dramatiques. Malgré la fatigue, nous nous remettons en route et découvrons un quartier très jeune et très animé. Certaines filles portent leur voile avec une telle nonchalance… on sent que la jeunesse a envie de liberté.

Sur le chemin au Nord de Téhéran...

Après cette nouvelle balade, on fait le bilan de la journée: 22km parcourus (d’après nos bracelets électroniques)… Un record depuis notre départ! Forcément, on ne fera pas de vieux os après le diner.

Le lendemain, lundi, c’est le jour que nous avons choisi pour partir vers le Nord du pays à Qazvin. On a abandonné l’idée d’aller jusqu’à Tabriz (encore plus au Nord). On souhaite faire une petite boucle pour rejoindre les bords de la mer Caspienne avec de revenir à Téhéran en fin de semaine pour reprendre notre avion pour Istanbul. Mais on n’y est pas encore…