Dernières étapes roumaines, Sighisoara et Brasov

Le 8 août 2016

Après quelques jours à Cluj, il est temps de repartir… Direction Sighisoara (prononcer Chiguichoara). On prend l’option train, au moins c’est plus calme pour accéder à nos places.
Mais le trajet nous parait interminable: près de 5 heures enfermés dans un petit wagon où la chaleur grimpait au fil des heures. En prime, l’air comprimé du système de freinage fuyait: un bruit de fond très sympathique quand on essaie de se reposer.
Bref, nous voilà finalement à Sighisoara en fin de journée mardi. Pour la première fois depuis notre arrivée en Roumanie, on va pouvoir tester le camping, il y en a un dans la ville. On s’installe comme on peut entre deux tentes… il semblerait que les Roumains apprécient la proximité en vacances!

Le lendemain, on découvre la vieille ville de Sighisoara: un petit bijou perché sur une colline.
On accède au coeur historique par des petites ruelles escarpées (pour les copains Nissarts, on se croirait presque à Eze…).

Ici, les maisons sont encore très colorées, avec une place centrale envahie de terrasses. Sur la façade d’un immeuble, on apprend que le fameux Dracula serait passé dans la ville. D’ailleurs, la légende du comte est très présente dans la région même si le roman de Bram Stocker n’est qu’une pure invention. Le vrai comte de Dracula était en fait un seigneur local qui avait négocié la paix avec les Turcs… bien loin du vampire qu’on imagine.
Sighisoara, c’est aussi, une magnifique tour de l’Horloge et l’église Saint Nicolas, perchée en haut de la colline, en haut d’un vieil escalier en bois.

Après la découverte de ce beau village, direction Brasov jeudi matin. Un trajet en bus de deux petites heures qui passeront bien vite puisque nous faisons la connaissance d’un sympathique couple de Bordelais, Anne et Jacques.

En arrivant à Brasov, petite galère pour trouver une chambre mais on y arrive au bout de quelques tentatives. En fin de journée, nous commençons à visiter la ville et notamment la Basilique Noire, qui doit son nom à sa façade noircie par un incendie.

En haut des 147 marches de l'escalier en bois
Vue du coeur historique
La basilique Noire

Et puis dans la soirée, nous retrouvons Anne et Jacques pour le dîner pendant lequel on goûte une spécialité roumaine: du porc au chou… (le péché mignon de Jacques!) autour de quelques verres de vin roumain.

 


Le lendemain, nous continuons à découvrir Brasov: ses remparts ponctués de tours, son parc national qui domine la ville, et aussi l’ancien quartier roumain (en dehors des remparts) où vivaient les ouvriers du temps des Saxons.


Encore une fois ce sera une bonne soirée, cette fois en compagnie de Raphaël, rencontré dans l’auberge de jeunesse. Ce prof au lycée français de Nouakchott (Mauritanie) nous fait partager ses souvenirs de voyage et surtout ses bons plans en Afrique australe et en Amérique latine, qui nous seront bien utiles pour la suite.

Ce sont nos dernières heures en Roumanie… Nous préparons notre retour en Bulgarie avec encore de belles heures dans les transports qui nous attendent.