Naypyidaw, la capitale fantôme

Le 24 juin 2017

Comme prévu, il nous aura fallu 6h de bus pour arriver à la gare de Naypyidaw. Nous débarquons donc dans cette nouvelle capitale en milieu d’après-midi ce mercredi 24 mai. Avant toute chose, nous voulons trouver un bus qui nous conduira à Yangon dans deux jours. Hélène cherche pour partir à Mandalay, nos trois Toulousains eux partent vers le Sud. On perdra une petite heure à circuler dans cette gare puisque aucun horaire ne convient… il paraît qu’il y a une autre gare, on essaiera de voir ça avec l’hôtel! En attendant, Matthieu est parti à la recherche d’un tuk-tuk pour justement nous y conduire à cet hôtel. Forcément, ça s’agite un peu autour de nous, chacun veut nous conduire à prix d’or. Mais ce petit attroupement attire l’attention et ce n’est jamais une bonne chose. Un des chauffeurs tombe d’accord avec nous pour le prix et nous voilà partis vers le Mount Plaisant Hotel. On n’avait pas forcément réaliser qu’on aurait encore de longues minutes de trajet, tout est très loin de tout dans cette ville qui fait plus de 7.000km2, c’est-à-dire 70 fois Paris intra-muros! En plus de la distance, notre tuk-tuk semble en fin de vie… après avoir craché de la fumée noire tout au long de la dernière montée nous arrivons enfin à destination!
Nous avons un peu honte d’arriver dans cet endroit luxueux avec nos looks de voyageurs. En plus, pas question de se déplacer à pied dans l’hôtel, il y a un service de voiturier pour nous conduire jusqu’à nos chambres et même jusqu’à la piscine!

C’est là que nous nous installons pour passer la fin de la journée. Nous pensions profiter de l’endroit pour dîner mais les prix du restaurant nous refroidissent…il va falloir faire autrement, mais on sait qu’il est impossible de partir à pied chercher un petit resto local!C’est à ce moment-là que des locaux qui profitaient aussi de la piscine nous accostent. Très vite, ils proposent de conduire

certains d’entre nous jusqu’à un supermarché pour faire des courses. Banco! Hélène, Matthieu et Julien partent en mission… je reste à profiter de la terrasse avec Amélie et Guillaume et quelques amis de nos nouveaux copains.
En discutant avec eux, on découvre que tous sont en fait des proches d’Aung San Su Kyi! La plupart sont des parlementaires du parti de la Dame de Rangoon, ceux qui ne sont pas élu ont des fonctions au sein du parti. C’est incroyable de pouvoir discuter avec eux de leur pays, de leur culture mais surtout de leur avenir. Ils veulent savoir comment fonctionnent l’éducation, les associations chez nous pour s’en inspirer. Ils veulent faire avancer les choses, c’est extraordinaire de pouvoir échanger avec eux! Pendant que nous parlons au bord de la piscine, notre trio « courses » vit une expérience encore plus incroyables. Leur chauffeur doit passer voir son « boss », un parlementaire. Ils vont donc se retrouver dans un petit appartement de fonction le temps que chacun règle ses affaires, et puis ils passent voir l’avocat et conseiller d’Aung San Su Kyi. Malheureusement pour eux l’armée ne les laissera pas

franchir l’entrée du bâtiment ultra-sécurisé. Enfin, ils font un arrêt au supermarché et dans un débit d’alcool… Il était temps!Après presque 3 heures de course folle à travers les routes désertes de Naypyidaw, nous retrouvons enfin tout le monde. Le temps de décharger la voiture et nous nous installons devant nos chambres avec tout ce petit monde.Une soirée incroyable au cours de laquelle nous apprendrons tout plein de choses sur ce pays, ses habitants, sa politique… Nous apprendrons notamment qu’un de nos activistes politique a passé plus de 4 ans en cavale et caché dans Rangoon pour échapper à la junte militaire!

Le lendemain matin, nous sommes encore sous le charme de la soirée de la veille. Et surtout nous pensons à nos nouveaux amis qui devaient se lever ce matin pour aller au Parlement. Certains d’entre eux devaient s’exprimer dans la journée pour défendre une réforme de la Constitution et une évolution du pays! Le vote le plus important dans le pays depuis 50 ans d’après eux!
Notre journée à nous sera moins historique mais tout de même. On nous fait comprendre qu’il est impossible de nous déplacer seuls dans la ville. On nous propose de prendre un taxi à la journée. Comme nous sommes 6 c’est une bonne solution, même si Amélie et Guillaume sont chargé dans le coffre. Notre chauffeur ne parle pas un mot d’anglais et il a l’air assez stressé de nous embarquer… et pour cause, notre première étape de la journée nous amène au fameux Parlement. Le bâtiment est une représentation à lui tout seul de la démesure de cette ville, c’est un véritable château-fort moderne avec des douves infranchissables (sauf par les rares ponts très bien gardés) et entouré d’une immense autoroute, deux fois 8 voies, rien que ça! Il parait qu’un avion peut s’y poser en cas de crise politique et d’évacuation du Parlement. Mais la visite sera expresse, notre chauffeur nous arrête une poignée de secondes sur cette fameuse route et il faut déjà repartir. Il aura quand même la gentillesse de faire un nouvel arrêt en dehors de l’enceinte pour qu’on puisse de nouveau faire quelques photos.

Matthieu face au Parlement "chateau-fort"

Nous passons ensuite à la station de bus où notre chauffeur est beaucoup plus efficace que nous la veille puisqu’il nous conduit directement aux bons bureaux pour réserver nos bus du lendemain. Nous partirons à 7h30 pour Yangon ou Rangoon (l’ancienne capitale) où nous retrouverons Annabelle et William pour le week-end. Avant ça, nous continuons la visite de cette ville complètement improbable. Et nous nous arrêtons à la pagode Uppatasanti, elle aussi gigantesque. La junte a voulu reproduire la magnifique pagode Shwedagon de Yangon mais ce n’est pas vraiment ça. Certes, elle brille autant que sa grande soeur mais on sent que la ferveur n’est pas au rendez-vous. Il y a très peu de monde et inutile de dire que nous sommes les seuls touristes.

La visite vaut quand même le détour, pour découvrir ce bâtiment sorti de nulle part mais aussi découvrir l’intérieur. On sent que les décorations ont été soignées, même si on imagine mal que tout ça survive au temps qui

passe. Notre chauffeur qui nous accompagne pour la visite nous conduit ensuite dans un des centre commerciaux de la ville. Pas désert mais presque, l’endroit est assez étrange: dans un pays où la population n’a pas grand-chose, c’est très étrange de voir tous ces produits de grande consommation dans un lieu sur-climatisé.

Nous sentons que notre chauffeur ne serait pas contre un retour à notre hôtel… il s’est mis la pression toute la journée. Sur le chemin du retour, il se lâche enfin et nous met du Beyonce à fond!   Il a l’air ravi de nous avoir baladé toute la journée et nous aussi, nous sommes contents d’avoir découvert cette facette du Myanmar. Cette capitale fantôme, aux proportions démesurés qui aurait coûté 4 milliards de dollars, sans compter les ravages sur la nature puisque qu’il a fallu abattre des centaines d’arbres pour faire émerger cette ville. Naypyidaw est vraiment le symbole de l’absurdité de la junte, qui annonce une population d’un million d’habitants… nous on les cherche encore!
Une fois rentrés, nous commençons les uns et les autres à faire nos sacs et puis très vite nous nous mettons à l’apéro! C’est le dernier que nous prenons tous les six et c’est étrange de se dire qu’on se quitte demain. Alors forcément, on en profite… un peu trop même: couchés à presque 3h, pour un réveil à 5h30, ce n’est pas assez!
Mais aucun regret, elle était bien cette dernière soirée et encore merci Hélène pour le jeu de carte, encore un bonne idée de la Belgique!

Les petites infos en +

Si vous êtes seul, cette étape n’est peut-être pas une bonne idée. Il vous faudra prendre un taxi pour chaque déplacement et ça peut très vite revenir cher.

Taxi: 8.000K / heures
Pagode: 3.000K / personne