À la découverte des Mayas dans le Nord du Yucatan

Le 5 octobre 2017

Après quelques heures de route (sans croiser la police), nous voilà à Valladolid, une ancienne ville coloniale dans laquelle on s’est dégoté une petite hacienda pour passer la nuit de ce vendredi 28 juillet. Mais pas trop le temps d’en profiter, nous partons pour le Cenote Dzitnup. Un « cenote » est une sorte de trou d’eau qui était sacré pour les Mayas. Alors que nous commençons à descendre un orage éclate à la surface, heureusement on se retrouve à l’abri dans cette grotte sacrée. Aujourd’hui, elle n’a plus rien de très sacré puisqu’on peut s’y baigner et d’ailleurs on ne résiste pas longtemps, même s’il faut avouer que ça fait un peu bizarre de se jeter dans ce trou d’eau sans rien y voir…
 

Les petites infos en +:

Cenote Dzitnup: 80 Pesos / personne
Couvent: 30P / personne
Chichen Itza: 242P / personne + 30P de parking
Izamal, visites du Couvent et du temple maya gratuites
Merida, Musée du Monde Maya: 150P / personne
Uxmal: 70P / personne pour le Parc national + 168P pour le site

Le couvent San Bernardino

Après le bain, nous reprenons la direction de Valladolid où nous visitons le couvent San Bernardino de Siena, qui vaut son petit détour. Et puis nous terminons la journée dans le centre-ville, autour de la Place d’Armes où on trouve l’église et les locaux qui se bousculent pour assister à la messe. Pour nous ce sera petit repas dans une sorte de marché où se mêlent les restos et les vendeurs de bijoux!

Le lendemain nous profitons de la fraicheur de notre hacienda pour le petit déjeuner en terrasse. Mais nous ne pouvons pas trop nous attarder… Chichen Itza nous attend. C’est un peu le site maya le plus connu chez nous, en Europe. En arrivant sur place, on s’en rend vite compte. Des bus entiers de touristes, arrivés de Cancún pour la journée, sont déjà là. Mais on ne va pas se laisser impressionner par tout ce monde… Finalement on arrive assez vite à rentrer et on découvre cette pyramide magnifique…

Première confrontation avec la culture maya… Cette pyramide qui était certainement le temple le plus important de la région. On y découvre aussi ce que les Européens ont appelé le « jeu de paume ». Ici, ce n’était pas vraiment comme à la cour de France… les perdants étaient tout simplement exécutés! En même temps ça évitait des batailles inutiles pour déterminer qui serait livré en offrande aux dieux. Le site est assez grand, et il nous faut toute la matinée pour le découvrir dans les moindres détails, jusqu’à ce qui était certainement l’ancien marché avec son allée de colonnes.
La tête encore à Chichen Itza, nous repassons à notre hôtel chercher nos bagages (et piquer une petite tête qui nous rafraichit bien), direction Mérida. Mais avant ça, nous faisons une halte à Izamal, une petit village pittoresque. On découvre le Mexique qu’on s’imagine… accablé par la chaleur, des gens qui cherchent de l’ombre et des couleurs partout.

La ville conserve aussi les ruines d’un temple maya (enfin ce que les Espagnols ont bien voulu épargner) mais surtout un superbe couvent franciscain. C’est d’ailleurs ici que les colons ont établi le premier évêché de la région avant de le déplacer à Mérida. 

Mérida, c’est d’ailleurs l’étape du jour… il ne faut pas trop s’attarder puisqu’on nous a formellement déconseillé de conduire de nuit. Nous y arrivons à temps et on ne résiste pas à piquer une tête dans la piscine de notre hôtel. Parce qu’on ne l’a pas trop dit jusqu’à maintenant, mais il fait chaud au Mexique, très chaud même et puis c’est bien humide aussi… pas facile pour les parents de Matthieu.

Le lendemain, nous commençons la journée par une sortie culturelle, la visite du musée du Monde Maya, une référence, qui permet de comprendre pas mal de choses sur cette civilisation qui en fait était déjà en train de péricliter à l’arrivée des Espagnols. Le peuple maya, lui, est toujours vivant, beaucoup de gens continuent à parler la langue de leurs ancêtres et la religion catholique, importée par les colons s’est aussi accommodée de cette culture. Pour que tout le monde se convertisse, les évangélisateurs ont intégré pas mal de traditions locales. L’exemple le plus connu est la « fête des morts »: en Europe, la Toussaint est plus un moment de recueillement, ici c’est une vraie fête, où on peut aller jusqu’à sortir les corps des défunts pour qu’ils y participent… Oui c’est un concept! Bref, vous l’aurez compris, la culture maya est toujours là!

Après ce début de journée instructif, nous avons décidé de prendre le frais en bord de mer, à Progreso. La ville est à une trentaine de kilomètres au Nord de Mérida. Et comme nous sommes dimanche, il y a du monde, beaucoup de monde. Ils ne sont pas forcément là pour se baigner, mais surtout pour passer un moment en famille et… faire du cerf-volant! Il y en partout, c’est une vraie passion. Mais attention, pas des cerfs-volants à mille fils, un ou deux suffisent pour s’amuser!
Après le coucher de soleil nous repartons vers Mérida où nous passons la soirée dans le centre-ville… hâte d’être au lendemain pour visiter!

Tout petit échantillon de la collection du musée

Effectivement, le petit aperçu que nous avions eu de nuit ne nous avait pas trahi… cette ville est superbe. Sa place d’Armes, sa cathédrale colorée, ses rues animées, ses ruelles qui le sont tout autant et aussi son marché… Tout nous a plu ici, dommage que nous n’ayons pas eu plus de temps pour en profiter. Mais une autre merveille nous attend.

Les fameuses tortillas au maïs, toutes fraîches
Joli spécimen dans les rues de Merida

En milieu d’après-midi, nous prenons la route pour Uxmal, un nouveau site maya. Isabelle et moi ne verrons pas grand-chose… oui la sieste nous a beaucoup occupées à l’arrière de la voiture. Il parait qu’il a fait orage. Un orage qui semble nous avoir suivi puisqu’à peine avons nous déchargé la voiture qu'une pluie tropicale et de violents éclairs nous tombent dessus. Forcément, nous passons la soirée au restaurant de l’hôtel. En même temps, le choix est réduit puisqu’il n’y a que deux hôtels dans le coin, la ville la plus proche est à une trentaine de kilomètres.

Un emplacement idéal pour partir à l’assaut du site le lendemain matin. Nous sommes d'ailleurs parmi les premiers à entamer la visite, alors qu’il fait encore un peu frais. Mais ça ne dure pas vraiment, puisque la chaleur fait son grand retour très vite! Ça ne nous empêche pas d’apprécier l’endroit, encore très bien conservé… les pyramides, les palais, dont un appelé « quadrilatère des nonnes »... un nom pas très typique donné par les Espagnols lors de la découverte du site.

Une belle visite qui nous plonge encore un peu plus dans la culture maya. A la mi-journée, nous repassons à l’hôtel pour profiter de la piscine pour un petit pique-nique. Et puis nous partons découvrir les deux villes alentours: Ticul et Mani. Le premier arrêt à Ticul n’est pas mémorable, un petit village dans son jus, qui est au ralenti avec la chaleur. Et puis nous passons à Mani, la ville des chaussures. Il y a des boutiques partout (surtout pour les femmes), des fabricants aussi… bref le paradis! Forcément, je craque pour une petite paire que je retrouverai à mon retour, merci Isabelle et Patrick. La journée se termine sous un joli coucher de soleil et autour d’un bon dîner à l’hôtel.

Le quadrilatère des nonnes
On pose devant la pyramide principale