Un long périple à travers les montagnes du Nord

Le 14 avril 2017

Ce mardi 4 avril au matin, nous sommes dans les préparatifs avant de nous élancer à l’assaut du Nord du pays. Après avoir rapidement fait nos sacs, nous partons chercher la moto… Il nous faudra une bonne heure pour remplir tous les papiers, et enfin repartir avec notre nouvel engin!
Il nous faut quand même manger un morceau. Nous pensons nous poser quelques minutes, mais c’était sans compter sur le temps d’attente de nos petits plats. Bref, il est un peu plus de 13h quand enfin, nous quittons Hanoï.

Petite surprise à la sortie de la ville: les deux-roues ne peuvent pas emprunter l’autoroute! Mais c’est génial ça dis donc… on se prend 100km de plus. Et pas de la super bonne route forcément, il y a toute sorte de camions et petits vans qui roulent assez dangereusement. Ce sera donc plus de 250 km sur la nationale en traversant tout plein de petites villes et en essayant d’éviter les camions. Et bien sûr nous n’avançons pas très vite… nous visons un arrêt à Lao Cai (quasiment à la frontière chinoise) mais la nuit va nous pousser à nous arrêter dans une petite ville, Pho Rang. Par dépit nous nous installons dans un des seuls « hôtels » de la ville, qui est vraiment horrible. Je vais devoir faire comprendre que ce serait bien qu’on nous change les draps, je ne parle pas du ménage et de l’état de ce qu’ils appellent la salle de bain! Bref, pour une nuit, ça ira. Pour nous remonter le moral, nous trouvons un super bon pho (soupe vietnamienne) préparé à un angle de rue par une petite mamie. Comme il n’y a rien à faire ici, nous ne ferons pas de vieux os et puis nous voulons nous réveiller tôt demain pour prendre la route. Mais avant de dormir, nous prenons quand même le temps de revoir la boucle que nous pensions faire. Vu les routes, les temps de parcours sont plus longs que prévus, nous n’irons pas jusqu’à Lao Cai… demain direction Bac Ha, plus proche et qui semble plus agréable.

Comme prévu mercredi matin, direction Bac Ha. C’est ici que commence la zone où les touristes sont un peu moins nombreux, et surtout nous serons loin du business sur-développé autour de Sapa, plus à l’Ouest.

Mais au moment de reprendre la route, petite tuile: la moto ne démarre plus! On ne s’énerve pas… il y a une concession Honda juste en face de l’hôtel. Et comme par hasard, le mécanicien nous dit immédiatement que la bougie est morte. Il nous la change, bilan 6€. On ne va pas se plaindre, mais on ne nous enlèvera pas de l’idée que quelqu’un a touché la moto pendant la nuit puisqu’elle tournait comme une montre la veille.
Bref, c’est comme ça… Nous voilà donc enfin partis pour Bac Ha, sur une route de montagne, au milieu des nuages. Nous prenons même quelques goutes sur les premiers kilomètres. Et plus on monte plus le brouillard s’épaissit. Heureusement, une fois passé sur l’autre versant, le soleil est au rendez-vous. Ca tombe bien c’est ici qu’on s’arrête, à Bac Ha, enfin! Nous trouvons facilement la petite guesthouse dans laquelle nous avons réservé pour la nuit, chez Mister Sa qui parle un parfait anglais et a même quelques notions de français.
Une fois installés, nous partons manger un morceau dans la ville et pour digérer nous partons pour une petite rando dans les montagnes, à travers les plantations de riz.

En route pour une deuxième journée!

Nous croisons beaucoup de Hmongs, la minorité installée dans cette région. On reconnait les femmes à leurs tenues colorées. Pour les curieux, les Hmongs viennent des plateaux mongols (oui la Mongolie!) qu’ils ont quitté il y a quelques siècles pour s’installer ici sur les plateaux nord vietnamiens à l’actuelle frontière entre la Chine et le Vietnam.
Tous travaillent dans les champs, ramassent des herbes ou s’occupent du bétail: les femmes et les hommes bien sûr mais aussi beaucoup d’enfants. Enfin, nous avons quelques contacts avec la population locale, c’est ce que nous sommes venus chercher dans ces montagnes reculées.
Après cette belle balade dans la montagne, nous rentrons à notre homestay où nous n’allons pas faire de vieux os… On ne dirait pas mais entre la route, la marche et aussi la chaleur nous sommes épuisés! Et on doit l’avouer nos petits bobos dus à notre chute ont laissé quelques traces…

Le lendemain nous prenons un bon petit déjeuner à notre guesthouse et nous profitons des derniers conseils de Mister Sa pour les jours à venir.
En milieu de matinée, après un petit arrêt dans les rues de Bac Ha pour acheter une jupe traditionnelle (à peine plus de 3€, ça aurait été dommage de s’en priver), nous voilà repartis sur les routes sinueuses de la région, direction Ha Giang où nous devrions retrouver Coline et Alexis (rencontrés au Laos) dès le lendemain pour continuer la route ensemble. Mais on y reviendra. En attendant, il nous faut parcourir les 180km de route (ou plutôt de chemins) qui nous séparent de cette nouvelle étape.

Et le moins qu’on puisse dire c’est que ça secoue… mais les paysages sont à couper le souffle. Pour vous donner une idée, il nous a fallu plus de 3h pour parcourir 80km… On vous laisse imaginer les dénivelés et l’état de la piste! Du jamais vu.

Heureusement, pour les 40 derniers kilomètres c’est une vraie bonne route qui nous attend. Et enfin, nous arrivons à Ha Giang en début de soirée dans la petite guesthouse où nous avons réservé. Inutile de préciser que la douche nous fera le plus grand bien. Ha Giang n’a vraiment rien de particulier, si ce n’est d’être le point de départ pour certains touristes qui veulent découvrir la zone frontalière avec la Chine encore un peu plus au Nord.
Nous partons à la recherche d’un endroit pour dîner mais il semblerait qu’à 20h ce soit déjà trop tard ici (on le sait pourtant que la soirée commence à 18h pour les Viet). Nous finirons par manger un Banh My, un sandwich local qui ma foi était vraiment bon.

Vendredi 7 avril, nous avons le temps de prendre notre petit déjeuner à la guesthouse et même de travailler sur nos photos puisque nous avons quelques heures devant nous ce matin. Nous attendons l’arrivée de Coline et Alexis, forcément leur bus aura un peu de retard mais à la mi-journée, nous nous retrouvons à Ha Giang. Le temps de manger un petit morceau et pour eux de prendre possession d’un deux-roues, nous avons encore des formalités à régler.
En effet, dans cette zone à la frontière chinoise, les touristes doivent se munir d’un permis, une sorte de laisser-passer que les autorités et les hôtels peuvent vous demander à tout moment. Coût du petit morceau de papier: 10$ par personne, avec quelques dongs en plus pour la policière qui s’est occupé de nous. Bref, encore un beau business pour sous-tirer de l’argent aux touristes. Oui, car inutile de vous le préciser, seuls les touristes ont besoin de ce morceau de papier!
Finalement, nous ne partons que vers 15h pour cette nouvelle étape… Nous savons que nous ne sommes pas du tout dans les temps puisqu’il nous faut parcourir 140km en quelques heures.
Malgré ce retard, nous ne résistons pas à nous arrêter pour profiter des paysages et surtout admirer les « montagnes jumelles » aussi appelées « mamelons »… Regardez la photo, elle parle d’elle-même:

Après cet arrêt, c’est reparti pour des dizaines de kilomètres avec des vues plus belles les unes que les autres… Mais nous seront forcés de faire les 50 derniers kilomètres dans la nuit. Heureusement, nous sommes deux motos et c’est plus facile de se soutenir. Nous arrivons enfin à Dong Van en début de soirée et nous nous installons dans un petit hôtel avec des chambres parfaites. Nous décidons de passer la soirée dans un des deux seuls restos de la ville tout près de l’hôtel avant de partir pour un repos bien mérité.

 

Samedi, nous prenons le temps de nous réveiller et de savourer un petit déjeuner. On n’est pas vraiment doués pour se presser quand on se retrouve tous les quatre mais c’est pas bien grave. En fin de matinée, nous partons pour la « Tour au Drapeau ». C’est le point le plus septentrional du Vietnam, qui est juste à la frontière avec la Chine où les autorités ont décidé de faire flotter un énorme drapeau du Vietnam. Seul problème aujourd’hui, le drapeau n’est pas là… un coup de vent à briser le mât! Mais la déception sera de courte durée puisque nous voyons deux soldats arriver en haut de la tour pour réinstaller le drapeau. Un vrai spectacle, ils ne sont vraiment pas doués. Mais après plusieurs tentatives et plus de 45 minutes de manœuvres, enfin le drapeau flotte de nouveau.

Après cette pause, nous faisons un détour par le château d’un ancien roi Hmong de la région, mais vu le timing nous ne pourrons pas le visiter: il nous reste encore une petite centaine de kilomètres pour la fin de la journée. Encore une fois, les paysages sont magnifiques. Nous arrivons à Bao Lac en début de soirée, à la nuit encore! Nous trouvons un des seuls hôtels de la ville et puis nous partons vite pour trouver un petit resto. Nous atterrissons dans un petit boui-boui avec un jeune garçon qui parle un parfait anglais. Même si les plats ne sont pas fameux… la bière passe bien et la soirée sera assez longue!

Après une courte nuit, le réveil est difficile pour Matthieu et moi. Coline et Alexis eux peuvent poursuivre leur nuit ils n’ont qu’une centaine de kilomètres à parcourir pour rentrer à Ha Giang, ça s’annonce beaucoup plus long pour nous: près de 350km jusqu’à Hanoi.
Mais avant de reprendre la route, nous tenons à voir le marché qui est censé rassembler toutes les minorités de la région. Mais nous sommes un peu déçus… il y a très peu de monde ce dimanche matin et le marché est tout petit. Ca ne nous empêchera pas de voir des scènes assez typiques avec des femmes habillées en tenues traditionnelles ou encore des chiens sur les étalages… eh oui, on mange du chien au Vietnam.

Et Coline qui a osé dire qu'elle n'aimait pas la bière en cannettes...

Une fois la petite balade dans le marché terminée, c’est l’heure pour nous de reprendre la route… Avant 9h nous nous élançons à travers la montagne. La première partie du chemin se passe plutôt bien avec toujours de magnifiques paysages mais après 2h de route, nous devons parcourir une cinquantaine de kilomètres sur une route complètement défoncée. Nous avons l’impression de faire du moto-cross…
Heureusement, ce sera le dernier vrai passage difficile. Et vers 13h, nous nous accordons même une pause déjeuner dans un petit resto sur la route. Une excellent « bun cha » qui nous redonne des forces. Et il va nous en falloir puisqu’arrivés à une cinquantaine de kilomètres d’Hanoi… on l’avait oublié mais nous ne pouvons pas prendre la route directe pour rejoindre la ville, l’autoroute est interdite aux deux-roues. Il nous faudra faire d’interminables détours sur des petites routes pour enfin rejoindre la capitale… à 17h. Ce qui nous fait 8h de voyage en moto… je vous laisse imaginer l’état de nos postérieurs!
Nous avons tout juste le temps de passer à la gare acheter notre billet pour Ninh Binh pour le lendemain matin et nous sommes pile à l’heure pour rendre la moto avant la fermeture du garage!
Nous retrouvons ensuite nos bagages dans notre petit hôtel. Après une rapide sortie pour manger un morceau, c’est direct au lit. Demain réveil à 4h30 pour découvrir la Baie d’Halong terrestre.