A l'assaut du Mont Cook (Aoraki)

Le 16 janvier 2017

Samedi 14 janvier, après une nuit très venteuse, nous nous réveillons sous les nuages. Comme nous nous sommes couchés assez tard la veille, nous démarrons la journée tout doucement… Et puis nous partons dans la matinée en direction du Mont Cook où nous attend une rando le lendemain. D’ici là, il faut travailler sur le site… Nous trouvons un endroit parfait sur la route: la petite bourgade de Twizel. Il y a tout ce qu’il faut, du WiFi devant la bibliothèque, des prises d’électricité dans un petit kiosque et même une fontaine à eau potable pour recharger notre bidon! Bref, le paradis des voyageurs.
Nous passerons quasiment la journée entière dans la ville.

En fin d’après-midi, nous décollons enfin pour nous installer sur les bord du lac Pukaki, dans le dernier free camp avant le Mont Cook, qui est encore à 60km. Le camp offre une vue magnifique sur le lac et le Mont Cook… mais il y a du vent, beaucoup de vent.

Nous trouvons quand même un endroit un peu à l’abri pour monter la tente. Mais il faut avouer qu’on n’est pas vraiment serein après la mésaventure du milieu de semaine…

D’ailleurs après avoir passé la soirée à l’abri dans le van de Panpan et Ronan nous décidons de remballer la tente. Le vent souffle vraiment trop fort… ce sera donc une nouvelle nuit dans la voiture!

Le Mont Cook dans les nuages depuis les bords du lac Pukaki

Le lendemain matin, la tempête s’est calmée et nous pouvons même prendre le petit déjeuner au soleil! Et puis nous prenons la direction du Mont Cook. Sur la route, les panoramas sont splendides et nous faisons plusieurs arrêts photo...
En fin de matinée, nous partons tous les cinq pour notre rando: Sealy Tarns Track. La première partie se passe plutôt bien (même si j’avance moins vite que le reste de notre petite équipe). Ensuite pour la fin de l’ascension, avec la température qui chute, c’est encore un peu plus compliqué. Mais au bout de deux heures, nous arrivons enfin à la fin de notre chemin… et la vue est splendide (le vent nous fouette le visage, mais on ne le dira pas trop fort).
 

Comme vous pouvez vous en douter: on ne traine pas trop au sommet. Pour la descente, censée être plus facile, ça va se compliquer à cause de… la pluie! On avait presque oublié ce que c’était. Pendant les deux dernières heures de marche, on aura bien le temps de comprendre ce que veut dire l’expression « être trempé jusqu’aux os ». Nous arrivons à la voiture avec les vêtements mouillées et froids, à cause du vent. Heureusement, il y a une douche chaude dans le village! Et celle-là, on peut dire qu’on en rêvait… elle nous a fait un bien fou!


Après ce bon moment, nous sommes repartis vers la vallée. Au bout de quelques kilomètres seulement, le mauvais temps était derrière nous… en fait les nuages étaient bien agrippé sur le Mont Cook.


Nous partons vers l’Est et repassons devant le Lac Pukaki qui offre toujours une aussi belle vue. Nous traversons ensuite la campagne néo-zélandaise parsemée de botte de foin fraichement coupées. Enfin, en début de soirée, nous arrivons près de Timaru, dans un nouveau free camp (pas très beau, avec des toilettes immondes…). Nous y retrouvons, pour une dernière soirée, Pandora, Ronan et Vincent. Demain nous avons prévu de rester sur la côté, eux remontent vers Christchurch.

Difficile d'imaginer que le temps va se gâter dans quelques minutes...