Kruger National Park, du Nord au Sud

Le 3 octobre 2016

Une étape importante de notre passage ici débute ce jeudi matin, on rentre dans le Kruger National Park: près de 20.000 km2 habités par tous les animaux sauvages qu’on n’a seulement vu dans les zoos… Forcément, on attend beaucoup de ces 4 jours dans le parc.

L’aventure commence tout à fait au Nord du parc, à Pafuri Gate. Et dès les premiers kilomètres, nous croisons des éléphants, tout près de la route. Et bien sûr des antilopes, on découvre qu’il en existe plusieurs espèces. On ne va pas les détailler ici, mais on sait que toutes sont les proies des prédateurs que nous espérons voir ici.
En continuant notre chemin, nous tombons en aplomb d’une rivière où des dizaines de crocodiles prennent le soleil et dans l’eau, on aperçoit les narines des hippopotames. Matt et moi sommes un peu comme des enfants en découvrant ces animaux…

Nos premiers crocos...
... avec nos premiers hippos!

En milieu de matinée, nous nous arrêtons pour prendre un petit déj’ dans une aire aménagée pour ça… Et quelques antilopes viennent même nous tenir compagnie...

Nous repartons ensuite vers le Sud, il nous reste encore 5 heures pour rejoindre notre premier camp. Eh oui, on n’avance pas bien vite (à 30km/h max) sans compter les arrêts pour voir les animaux et prendre des photos…
Pendant cette deuxième partie de journée, nous croisons encore beaucoup de zèbres, d’éléphants, de girafes, et nous voyons nos premiers buffles.
Pour un premier jour, on est satisfait: nous avons deux des animaux du Big Five, des éléphants et des buffles!
Petite déception car des personnes nous ont indiqué un endroit où se trouvaient des lions mais en arrivant sur place, plus rien!
Pour cette première nuit dans le Kruger, nous dormons à Shingwedzi, un camp avec de l’électricité et des douches très propres (comme toutes celles que nous avons eues depuis le début de notre séjour).

On se réveille tôt vendredi matin, vers 5 heures, pour essayer de voir un maximum d’animaux en début de journée puisque c’est le moment où ils sont le plus actifs. Malheureusement, le ciel est couvert nous n’aurons pas droit à un beau lever de soleil mais nous croisons notre première hyène qui ère à le recherche de nourriture certainement…

La matinée sera assez calme au niveau des animaux même si nous croisons encore beaucoup d’éléphants (toujours aussi impressionnants), de girafes, de buffles, de zèbres… Même si on commence à s’habituer, c’est à chaque fois magique.
Et puis sur un petit chemin qu’on décide de prendre au dernier moment, nous voyons une voiture arrêtée… Le conducteur nous montre un léopard caché dans un buisson à une centaine de mètres. On a un peu de mal à le trouver mais on y arrive!
Au bout de quelques minutes d’observation, il décide de partir nous avançons de quelques mètres… et nous découvrons, à moins de 20 mètres de nous deux autres léopards qui eux aussi se reposent sous un buisson. L’un d’eux part rapidement mais le deuxième reste là, à nous observer, on dirait presque qu’il nous nargue.

Et puis il a du se lacer de nous puisqu’il change de position sous son buisson de manière à nous tourner le dos. On comprend que c’est le moment de le laisser tranquille.
Nous terminons cette deuxième journée avec les images de ce léopard dans la tête… 3ème animal du Big Five pour nous, on se rapproche doucement de notre objectif.

Pour cette deuxième nuit, nous avons réservé un camp près d’Olifants (un des plus gros). Mais le nôtre (Balule) est tout petit, sans électricité, et donc sans lumière. Mais nos voisins ont des lampes puissantes, l’un d’eux nous montre d’ailleurs un éléphant qui est en train de manger de l’autre côté du grillage (électrisé, heureusement).
Nous partons au lit de bonne heure puisqu’il n’y a pas grand chose à faire et puis nous sommes fatigués. Mais pour moi cette nuit sera très courte… Un orage d’un autre monde éclate. C’est impressionnant, j’ai peur d’être foudroyée d’une minute à l’autre. Petit répit entre 1h et 3h du matin quand de nouveaux éclairs éclatent et la pluie arrive… Sous la tente, c’est effrayant! J’entends tout le monde s’agiter dans le camp, il n’y a que Matthieu qui dort profondément! Après quelques minutes, l’orage s’éloigne et enfin j’essaie de dormir un peu. Mais le réveil sonne à 5h30, une nouvelle journée nous attend!

Après cette courte nuit pour moi, nous repartons encore un peu plus vers le Sud. C’est notre dernière vraie journée ici. Et il nous manque encore et les lions et les rhinocéros pour dire qu’on a vu le Big Five. Dès les premiers kilomètres de cette journée, nous arrivons dans un paysage assez désertique, favorable aux prédateurs. Nous commençons par découvrir un chacal qui finit de dépecer une carcasse d’antilope…

Et puis, à une bonne centaine de mètres, Johanes voit du mouvement… Nous nous arrêtons. Nous croyons d’abord avoir affaire à deux lionnes, ce sont en fait deux guépards qui avancent de plus en plus vers nous. On a du mal à y croire mais les deux bêtes traversent la route devant nous, à une petite dizaine de mètres. Le temps est comme suspendu, ça ne dure que quelques secondes mais c’est un vrai bonheur. Et en moins de 30 secondes les deux guépards ont disparu dans la savane.

En repartant, nous croisons un couple qui nous indique que des lions se prélassent le long de la route… Après 10km nous n’avons toujours rien vu. Nous les avons encore loupés, ils ont certainement bougé. On commence à désespérer…
Nous continuons notre route et vers 10 heures, comme chaque jour maintenant, nous nous arrêtons pour prendre le petit déj’.
Nous repartons ensuite sur un chemin où il n’y a personne et après de longues minutes sans rien voir, Matt freine sec: il a vu au loin un rhinocéros… noir! Ils sont très peu nombreux dans le parc (200), et c’est quasiment mission impossible d’en voir. Et là, il y en a un à une centaine de mètres de nous. Il nous voit, et semble vouloir nous attaquer. Il s’énerve juste assez pour se rapprocher un peu plus de nous.

Une fois encore, le temps s’arrête. Il continue à brouter, en levant la tête de temps en temps devant nous. Et puis sans raison, au bout d’une dizaine de minutes, il s’en va et disparait au loin. Le moment était vraiment inespéré, tant il est rare de pouvoir croiser ce genre de bestiole.

Ensuite, les kilomètres s’enchainent et nous ne voyons que des éléphants, des zèbres et bien sûr des antilopes. Et puis sur une petit chemin, nous tombons de nouveau sur des rhinocéros, des blancs cette fois, plus communs. Il y en a trois, deux adultes et un petit qui ne sont qu’à une cinquantaine de mètres nous. Au fil des minutes, le petit groupe se rapproche de nous. Les trois bêtes vont finir par traverser le chemin juste derrière notre voiture. Les voir si près est vraiment magique. Et puis au fil des minutes, la petite famille disparait peu à peu…

Au réveil, nous sommes surmotivés pour enfin dénicher des lions. Mais le temps est couvert et même froid. Et une guide que nous croisons sur la route finit de nous achever: avec ce temps, les « cats » ne sortent pas trop, c’est difficile de les voir. Au moins, nous sommes prévenus. Et effectivement, rien à l’horizon. Nous apercevons tout de même un dernier rhinocéros.
Nous approchons de plus en plus de la sortie du parc… un dernier éléphant semble nous attendre au bord de la route. Et tout à coup, sorti de nulle part, un léopard traverse la route à moins de 5 mètres de la voiture! C’était inespéré, et magique, forcément.

Bien sûr, pas le temps de prendre de photo… On peut juste vous le montrer avant qu’il ne disparaisse comme il est apparu dans les herbes hautes...

 

Et puis c’est terminé… Vers midi, nous quittons le Kruger National Park ce dimanche.


Direction Blyde River Canyon, à une cinquantaine de kilomètres de la sortie du parc. Nous y arrivons en début d’après-midi, mais le temps est plus que frais. Nous mettons rapidement nos pantalons et vestes pour passer un dimanche dans le « salon » du camping où il ne fait pas bien chaud, mais au moins nous sommes à l’abri de la pluie.