Enfin à El Chaltén pour admirer le Fitz Roy!

Le 18 mars 2018

Nous y voilà… après une semaine d’attente à Villa O’Higgins, 3h de bateau, 6h de marche, 1h de bateau (encore), une nuit dans un camping miteux, 2h de bus… El Chaltén et le Fitz Roy nous accueillent!  El Chaltén c’est la ville créée au pied du parc national. C’est vraiment le camp de base avant de partir en randonnée autour des pics du Fitz Roy. Mais ça, ce sera pour plus tard, nous avons décidé de reprendre des forces au moins jusqu’à demain et de repartir marcher mardi. En plus la météo n’est pas au beau fixe, ça nous arrange de décaler le départ.

Il est là, face à nous, le Fitz Roy!

Cette première matinée, notre petit groupe des « survivants de Villa O’Higgins » commence à se disperser. Sandrine et Paul, partent directement marcher. Nous restons avec Franziska, Daniel et Laurent. Tous les cinq, nous partons à la pêche aux infos au bureau du Parc National. A part Daniel qui repart dès demain, tous veulent faire un long circuit de 5 jours. Le garde nous apprend que les conditions météo peuvent être très capricieuses, surtout le vent qui peut nous clouer au sol. Très peu pour moi, déjà que je n’étais pas franchement partante c’est un non catégorique! On va se contenter de faire la petite boucle en 3 jours, sur des chemins fréquentés et beaucoup moins dangereux.En attendant le départ, nous partons nous installer dans un camping. Cette fois c’est Franziska qui nous lâche pour prendre une petite chambre. Nous nous installons dans un des seuls campings de ville avec Laurent et Daniel. Cette première journée sera assez calme, entre repos, discussion, petite balade dans la ville, bref, on reprend des forces.

Lundi matin nous prenons le temps de savourer un bon petit déjeuner avant d’attaquer la journée. Pas de départ en rando aujourd’hui, ce sera demain matin. Un dernier café avec Daniel et c’est le grand départ pour lui… direction Torres del Paine. Nous profitons de cette journée pour retrouver Maru, notre copine argentine rencontrée de l’autre côté de la frontière pendant cette semaine d’attente à Villa O’Higgins. Avec elle, Laurent, Franziska et un autre couple de l’équipe « El Mosco », nous partons pour une petite marche dans les alentours d’El Chaltén. Deux miradors depuis lesquels on surplombe la ville mais avec les nuages on ne peut pas voir le Fitz Roy qui nous fait face.

Depuis notre arrivée, on n’a pas encore parlé de notre nouveau copain ici: le vent! Il souffle non-stop, et surtout il est très fort. Plusieurs tentes du camping n’ont pas résisté à sa force. Même si nous avons essayé de nous installer un peu à l’abri, on est bien contents de constater qu’enfin ce lundi soir il commence à se calmer.

Une partie de la "Mosco Team"

Après avoir pris un dernier verre avec Maru, nous retrouvons Laurent au camping pour une dernière soirée tous les trois. Demain, il part pour la longue rando de 5 jours avec Franziska, on leur souhaite de ne pas trop souffrir avec ce fameux vent.

Mardi matin, l’heure de plier bagage. Le temps de tout ranger et de déposer quelques affaires à la réception du camping, nous partons pour trois jours de marche et deux nuits autour du Fitz Roy. Un départ qui se fait sous le soleil, ce qui nous motive. Cette première partie du chemin passe par de jolis points de vue et puis nous avons droits à quelques beaux panorama sur les cheminées du Fitz Roy.

Après un peu moins de trois heures de marche, nous voici arrivés à notre premier campement. Il y a déjà pas mal de tentes mais on arrive à trouver un coin un peu isolé. Ici, comme c’est gratuit, certains voyageurs s’installent pour plusieurs jours, on voit que certains ont peut-être même prévu de passer toutes leurs vacances dans le parc.
Pour nous, ce sera une seule nuit. Avant ça, nous nous installons et mangeons un morceau. Malheureusement, le mauvais temps pointe le bout de son nez. Comme il est arrivé rapidement, on espère qu’il repartira tout aussi vite. On s’accorde une petite sieste, mais au réveil, les nuages et le vent sont toujours là. Nous décidons d’aller tout de même vers un point de vue qui donne sur un glacier: le « Piedras Blancas », un beau spectacle avec la lumière tombante.

A notre retour au camping, les nuages sont toujours accrochés sur les hauteurs du Fitz Roy, mais on devine les pics grâce au soleil qui transperce les nuages…

Une fois le soleil couché, on ne s’éternise pas dehors, la température chute rapidement. Et puis on a prévu de se réveiller tôt pour peut-être profiter du lever de soleil sur la montagne.

Quand le réveil sonne, à 4h, les éléments sont déchainés dehors… un peu de pluie mais surtout un vent énorme. Et vu qu’il ne fait pas très chaud, on n’a pas vraiment envie de crapahuter pendant deux heures, pour ne pas profiter de la vue qui nous est promise. Après quelques minutes de réflexion, on décide de continuer notre nuit.
En se réveillant quelques heures plus tard, on se rend compte qu’on a fait le bon choix: le ciel est blanc de nuages et cette fois impossible de deviner le moindre sommet autour de nous.
Le temps de prendre notre petit déjeuner et de plier notre petite installation, nous repartons sur les chemins. Après quelques minutes de marche, il semblerait que le beau temps soit de retour. Ce qui est bien agréable et qui nous permet de nous réchauffer un peu. Cette deuxième journée, comme la première, n’est pas un énorme défi physique: c’est franchement tranquille ce circuit, peut-être un peu trop d’ailleurs. Nous avons quand même la chance de voir quelques pics-verts, mais surtout un renard des montagnes… trop rapide pour qu’on puisse le prendre en photo.
 

On continue notre route tranquillement, et une nouvelle fois, nous voici arrivés à destination à la mi-journée. Nous repérons un endroit assez plat pour nous installer et nous ressortons tout notre petit bazar. Comme la veille, le mauvais temps et surtout le vent font le retour, il n’en faut pas plus pour me congeler! Une sieste plus tard et malgré la pluie, nous décidons de partir vers un point de vue situé un peu plus loin. La pluie n’est pas très forte, on devrait survivre. Le chemin nous fait longer une lagune sur laquelle flotte des icebergs. Au-dessus, dans les nuages, on le sait, il y a un glacier (d’où sont tombés les icebergs), mais pas moyen de deviner quoi que ce soit au milieu de cette purée de pois. On décide de continuer à grimper mais après une heure sous la pluie on commence franchement à avoir froid… demi-tour et retour vers la tente mais nous sommes trempés jusqu’aux os! La bonne idée quand on dort dehors et qu’il est interdit de faire du feu puisque nous sommes dans un Parc National.

La vue déjà bien embrumée avant la pluie...

Une soirée qui ne restera pas dans les mémoires puisqu’on essaiera de trouver un peu de chaleur autour de notre réchaud mais ce n’est pas vraiment la meilleure des techniques. Heureusement  nos sacs de couchages sont douillets, il n’y a que là que nous trouvons de la chaleur!

Au réveil jeudi matin, une petite bruine commence à tomber. Au moment de partir, les goutes cessent mais le ciel est toujours bien chargé et impossible d’apercevoir le glacier au loin. Tant pis, ce sera pour la prochaine fois… Aujourd’hui, nous avons décidé de rentrer vite jusqu’à El Chaltén pour atteindre notre prochaine étape El Calafate.
En attendant, nous avons encore quelques kilomètres qui nous attendent et au fur et à mesure, le beau temps semble vouloir s’imposer. Comme les autres jours, les paysages autour de nous ne sont pas renversants mais la rando reste tout de même très sympathique… si on oublie tous les randonneurs du dimanche qu’on croise en nombre sur ce chemin. Ça en devient impressionnant, on nous l’avait dit mais El Chaltén est vraiment une destination à la mode surtout pour les américains et les coréens. Un peu trop pour nous.

Après quelques heures de marche, nous apercevons la ville et comme un dernier clin d’oeil du ciel, une petite pluie givrée nous tombe dessus pendant quelques minutes, vraiment il ne fallait pas! De retour dans les rue d’El Chaltén, nous ne perdons pas une minute: direction la gare routière pour réserver notre bus pour le début d’après-midi. Et puis retour au camping pour refaire nos sacs. Juste le temps de prendre un bon thé et une petite pâtisserie dans un joli café et nous voilà partis, direction El Calafate. Dans le bus, nous sommes ravis de tomber sur Amy, la jeune Canadienne de Villa O’Higgins qui avait profiter du voyage en avion pour traverser la frontière avec deux de ses compatriotes et Maru, notre copine Argentine. D’ailleurs, on devrait se retrouver dès ce soir…

Les petites infos en +:


Accès au Parc National Fitz Roy: gratuit, toutes les randos partent depuis la ville.
Plans & infos au bureau du Parc National un peu à l’extérieur de la ville, près de la gare.

Les campings de la rando: Poincenot le premier soir, D’Agostini le second.

Bus El Chaltén - El Calafate: 540P (plusieurs compagnies qui partent toutes de la gare routière et qui pratiquent le même prix).