Durban avec les Blacks

Le 15 octobre 2016

Encore une fois ce samedi, nous avons droit à 3 heures de route pour arriver à Durban. Nous nous posons enfin vers 13 heures. Toutes les auberges de la ville sont pleines, nous avons tout de même réussi à réserver pour deux nuits à Curiocity (le même établissement qu’à Jo’burg, en plus neuf). En arrivant, première mission: essayer de trouver des places pour le match de rugby du Tournoi des Four Nations Afrique du Sud / Nouvelle-Zélande, qui débute dans moins de 4 heures. Enfin, nous avons un semblant de connexion… et là, la douche froide: plus une place de dispo. Il y en a bien sûr qui trainent sur Internet mais à des prix exorbitants.
Au même moment, nous retrouvons les trois Allemands qui avaient partagé notre chambre à Jo’burg, la bonne humeur est de retour. Surtout quand l’une d’eux nous dit qu’on peut facilement trouver des places devant le stade, c’est en tout cas ce que des locaux lui ont dit. On décide de prendre ce pari…

Avant de partir, nous nous installons dans notre dortoir. Et nous nous retrouvons, entre autres, avec Pierre, un Français, et Thomas, un Belge… Tous les deux ont déjà leur place pour le match.
Nous sympathisons très vite avec eux, et partons ensemble au match avec bien sûr Johannes, notre Allemand, et Stephen, un autre Allemand qui est dans notre chambre.
En arrivant au stade, le stress est à son maximum, nous sommes à moins de deux heures du coup d’envoi… Sur les premiers mètres, personne ne semble revendre des places. Finalement, Pierre et Thomas réussissent à trouver notre bonheur: 600Rand (au lieu de 800), soit moins de 40€ pour un match des Four Nations, on est ravis!
Pour la première fois, nous allons assister à un match de rugby dans l’hémisphère sud… et on peut dire que l’ambiance est au rendez-vous. Avant même le coup d’envoi, beaucoup ont déjà bien abusé sur la bière (à la différence de certains stades en France, ici ça coule à flot).

Et enfin, après s’être perdus dans les allées (il est compliqué ce stade…), nous assistons aux hymnes: magnifiques, surtout le sud-africain avec tout le monde qui chante dans les tribunes. Et puis vient le grand moment: notre premier haka en live…

Au final, le moment est magique mais presque moins impressionnant qu’à la télé puisque nous ne pouvons pas entendre ce qu’il se passe dans le stade.
Nous sommes entourés par des supporters des deux équipes et on peut dire qu’ils savent mettre l’ambiance… surtout les Namibiens venus encourager les Blacks! D’ailleurs nous sympathisons avec un couple qui nous propose de nous revoir lorsque nous serons dans le pays le mois prochain. Nous rencontrons aussi un couple de Néo-Zélandais qui sont dans le même hostel que nous à Durban.

A la fin du match, victoire sans appel des Néo-Zélandais: 57 à 15.
Notre petite troupe se retrouve à l’entrée du stade et il est temps de rentrer à l’hostel, pour une petite soirée. Matt ira même jusqu’à tenter la sortie en boîte… il a découvert un endroit remplis d’Indiens, forcément c’est la deuxième plus forte communauté à Durban, un nouveau concept pour lui!

Le lendemain, dimanche, réveil tardif après les émotions de la veille. Thomas, le jeune belge, est déjà parti vers East London. Nous nous retrouvons avec Pierre et Johannes.


En fin de matinée, nous partons tous les quatre dans les rues de Durban, du moins dans le quartier de l’hostel. Assez animé pour un dimanche matin. Nous allons dans un marché indien: Victoria Street Market, pas très excitant. On ne comprend pas trop pourquoi les guides en font tout un flan.
Et puis nous continuons notre balade dans un autre marché, local, cette fois et là c’est une autre ambiance: les télés raisonnent à fond et il y a plusieurs allées de « docteurs »… ou plutôt de vendeurs de plantes et autres objets miraculeux.

Nous décidons de prendre le déjeuner dans ce marché… Poulet et riz, avec vue sur un cimetière, mais ça a tout de même son petit charme.
Malgré les nuages, nous partons ensuite vers le port de la ville, le plus grand d’Afrique, mais pas le mieux fréquenté. En effet les sans-abris sont nombreux dans ce quartier.
Et puis nous nous dirigeons vers la plage… sous un ciel gris, c’est pas terrible!

Nous rentrons ensuite à l’auberge pour essayer d’avancer sur le site internet. Mais encore une fois, le débit n’est pas au rendez-vous…

Le lendemain, enfin, le soleil est de retour. Avant de quitter la ville nous décidons de revenir vers la plage pour avoir une meilleure idée de la vue…
Après cette dernière balade, direction le Sud et la Wild Coast, prochain arrêt à Port Edward… On a de la route devant nous (encore).