De Oudtshoorn à Hermanus

Le 30 octobre 2016

Nous sommes samedi 22 octobre dans l’après-midi, et nous roulons en direction d’Oudtshoorn, la ville des autruches. Plus on s’enfonce dans les terres, plus la chaleur est accablante. Mais les paysages sont magnifiques.

Nous arrivons enfin dans l’après-midi à Oudtshoorn. Nous déplions encore une fois notre tente, cette fois dans le jardin du Lodge 96. Après ça, direction le centre-ville. Nous devons trouver un bar pour voir la finale de la Currie Cup, le Top 14 local. Sur les conseils du patron de notre backpacker, nous trouvons une table dans le plus grand pub de la ville. Contrairement à ce qu’on connait en France, l’ambiance est plutôt calme et familiale… Mais les supporters des deux équipes savent se faire entendre.
Après le match, nous partons acheter notre repas du soir: barbecue d’autruche et de springbok!
L’autruche, on le savait c’est délicieux… Pour le springbok, les avis sont mitigé: Matt a adoré, moi beaucoup moins. En fait, le gout est fort comme du gibier.

Dimanche matin, nous profitons de la connexion de l’auberge pour travailler sur la suite de notre voyage et passer quelques coups de fil… A 8h un dimanche matin, nous avions RDV avec Will et Annabelle qui vivent à Singapour: personne en France ne nous aurait répondu à cette heure-ci.En fin de matinée, nous quittons la ville direction le sud-ouest… par la Route 62! A la sortie d’Oudtshoorn, forcément, nous croisons tout plein d’autruches…

Comme prévu, la Route 62 est splendide. Sur des kilomètres, les paysages se suivent mais ne se ressemblent pas, c’est magnifique. Après une heure de route, nous hésitons à nous arrêter au seul et unique camping aux alentours… mais à part une piscine, il n’y a rien à faire. Nous décidons de continuer notre route jusqu’à Arniston, au bord de l’eau.

Nous y arrivons en fin d’après-midi. Il n’y a plus personne au camping municipal mais la barrière est ouverte. Nous nous installons et personne ne viendra nous déranger de la soirée.

Le lendemain, nous levons le camp avant 8h (heure d’ouverture de l’accueil)… Pour une fois, on dort à l’oeil, c’est toujours quelques euros d’économisés!
Nous partons prendre le petit déjeuner en bord de mer: une bonne idée, tellement la vue est belle.
Après une petite balade dans les rochers et un petit bain, nous reprenons la route. Objectif du jour: Cap Aghulas (Cap des Aiguilles), le point le plus au Sud du continent africain, là où se rejoignent les océans atlantique et indien. Le site est protégé et nous y arrivons par une petite route qui longe la côte. En descendant de la voiture, on a le sentiment d’être dans un endroit exceptionnel: pile en face c’est l’Antarctique, on n’a jamais été aussi près.

Nous restons plus d’une heure sur place pour apprécier le paysage. Et puis nous repartons encore vers l’Ouest, direction Hermanus, soi-disant le paradis des baleines.
Nous trouvons un camping en fin de journée… Cher le camping, mais c’est le seul aux alentours et  il est collé à la plage: c’est plutôt sympa de dormir avec le bruit des vagues!

Le lendemain, nous partons sur le port de la ville pour espérer voir des baleines au loin… mais malgré tous nos efforts, rien à l’horizon. Malgré notre budget serré, nous nous renseignons pour le prix d’une sortie en mer (pour espérer voir les mammifères)… trop cher! On se dit qu’on aura certainement l’occasion d’en voir lors de nos prochaines étapes, certainement en Amérique du Sud.
Après le port, direction le centre d’Hermanus, où nous découvrons une vraie ville touristique un peu à l’européenne. Avec un front de mer colonisé par les restaurants et les boutiques. Malgré ça, la vue sur l’océan est tout de même superbe.
Après ce début de journée, c’est l’heure de quitter les bords de plage pour rentrer une nouvelle fois dans les terres, vers les Winelands, la région des vins…