Ça plonge à Coron

Le 3 septembre 2017

Ce lundi 10 juillet ne sera pas une journée des plus productives. Le réveil sonne assez tôt puisqu’il faut aller au port attraper le bateau qui doit nous conduire à Coron. Petite surprise en arrivant sur place, il faut payer des taxes avant d’embarquer. C’est assez courant ici, on vous demande des petites sommes pour un peu tout et n’importe quoi. De toutes façons pas le choix.
Et c’est parti pour une longue traversée, qu’on redoute un peu. On entend et lit tout plein de choses sur ce trajet entre El Nido et Coron, surtout des inquiétudes sur la sécurité à bord et le fait que ça remue beaucoup. Soyons franc, le bateau n’est peut-être pas de première génération mais à aucun moment on ne s’est sentis en danger. C’est juste que les bancs sont très inconfortables et pendant plus de 6h, c’est un peu fatiguant.

Nous débarquons finalement en milieu d’après-midi à Coron Town. Bien sûr des dizaines de tricycles attendent les touristes que nous sommes. Nos compagnons anglo-américains ne sont pas des maîtres en matière de négociation et nous font embarquer dans un de ces engins pour une tournée de la ville. Les hostels repérés affichent tous « complet ». C’est un peu bizarre surtout qu’on n’y voit personne. Mais bon pas grave, après de nombreux arrêts les anglo-américains trouvent leur bonheur, ils en avaient certainement marre de sonner partout également. Mais c’est un peu cher pour nous. Nous décidons de partir tous les deux vers un quartiers qui semble un peu plus fait pour les voyageurs. Et sur les recommandations de nos amis Matthieu et Tchin, nous nous installons dans une petite guesthouse du centre-ville.
Après ça, reste à trouver un club pour plonger, parce que soyons honnête, il n’y a pas grand-chose d’autre à faire ici. Le « Hopping Island » on a donné, pas très envie de retenter l’expérience après El Nido.

Les petites infos en +:

Pour la plongée: Corto Divers (www.cortodivers.com). Un club géré par Olivier, hyper pro. 3.500P / la journée avec 3 plongées et le déjeuner
Bateau El Nido / Coron : 1.100 P / personne (plus 20P de taxe, faut pas chercher)
Tricycle depuis le port (mal négocié) : 80P
Course en tricycle dans le centre de Coron : 10P / personne
Van centre-ville - aéroport : 150P / personne (prix fixe dans tout le village)
Taxe aéroport : 100P par personne (encore une fois, ne cherchez pas d’explication, il faut payer)

Nous trouvons plusieurs clubs sur l’avenue principale, mais certains ont l’air un peu amateurs. Il ne savent pas très bien où ils pourront nous amener le lendemain. Les tarifs et les taxes sont assez flous… On se laisse le temps de réfléchir et surtout de manger parce qu’on n’a rien avalé de la journée. Nous retrouvons donc nos 3 amis sur un petit roof top avec vue sur le large, c’est parfait. Il faut croire que cette pause nous a fait du bien, car à force de chercher, nous tombons enfin sur Olivier et Corto Divers. Il est plus de 19h, mais il est encore possible d’embarquer le lendemain matin. Banco!

Comme prévu, nous partons au centre de plongée au petit matin mardi. On y rencontre Carlos qui sera notre guide pendant la journée. Il est Philippin et après quelques années comme aide sur un bateau pour touristes, sa mère l’a poussé à faire de la plongée et devenir guide pour mieux gagner sa vie. Il a beaucoup travaillé pour y arriver et aujourd’hui, il vit très bien de son nouveau métier!

Nous passons aussi la journée avec Casper, (un instructeur norvégien!), un couple franco-philippin, Randy, un autre instructeur philippin, et deux jeunes Australiennes. Nous partons tous au large et après plus d’une heure de bateau, nous arrivons à hauteur de la première épave de la journée. On ne l’a pas encore dit mais c’est ici, dans la baie de Coron, qu’a eu lieu ce qu’on peut appeler la revanche de « Pearl Harbour ». Les bombardiers américains ont coulé une quinzaine de navire japonais en moins d’une heure le 24 septembre 1944. Ce qui fait de cet endroit un paradis pour les plongeurs.
Notre première épave le « West Tangat Wreak » est un sous-marin. C’est assez petit et surtout une première pour nous de se faufiler à l’intérieur. Un peu d’appréhension de mon côté mais au final, ça se passe très bien. On découvre la machinerie (ou du moins ce qu’il en reste). Mais surtout on peut encore voir du charbon, des éclats de bouteilles en verre. Et puis on peut aussi croiser nos premiers poissons locaux: des lion fish, des mandarin fish… Franchement, on est sous le charme de cette première plongée.
Le temps de reprendre quelques forces et nous redescendons sur une deuxième épave: le « Morazan Maru », cette fois c’est un vrai bateau de presque 100m de long qui est couché sur le fond. Une fois sous l’eau on s’introduit une nouvelle fois à l’intérieur du bateau. Cette fois, on peut admirer les chaudières, et tout un mur de briques. On passe aussi dans la salle des commandes et c’est encore la fête aux poissons. On a droit à deux belles raies à points bleus, des lion fish énormes, un poisson-crocodile gigantesque… le bonheur!

Vient l’heure du déjeuner et d’un petit repos sur le bateau avant de se lancer pour la troisième et dernière plongée de la journée sur une troisième épave: l’ « Olympia Maru », un autre cargo japonais de presque 130m de long. Comme les plongées précédentes on s’approche de l’épave et avant de s’introduire, on passe le long des coraux qui se sont formés sur les côtés. Et là, c’est la grosse surprise: un hippocampe! Incroyable d’arriver à en voir un, il est tout petit mais on le distingue parfaitement bien au milieu des algues. Il n’y aura pas de photo parce qu’on n’avait tout simplement pas le bon filtre pour la luminosité (on va se rattraper sur la prochaine plongée).
Après ces émotions, nous rentrons sur la terre ferme. Il nous faudra quand même une bonne heure de bateau pour revenir jusqu’au port. Et puis le temps de remplir nos carnets de plongée, de discuter un peu, de boire un verre avec tout le monde… nous prenons le temps de manger un morceau et hop, au lit, la journée a été bien fatigante!

Le lendemain, on s’accore une petite grasse matinée avant de se mettre dans les préparatifs pour la prochaine étape… Notre petite semaine d’escale à Sydney approche dangereusement et l’Amérique du Sud ensuite également!
Nous profitons de cette journée pour mieux découvrir Coron Town, même si, on en va pas se mentir, il n’y a pas grand chose à faire. Pour l’anecdote, on a par exemple cherché la Poste pour y acheter des timbres et y laisser notre courrier. Alors on l’a trouvée la fameuse Poste: une sorte de bureau rempli de colis en tous genres où il y a à peine de la place pour le petit papi qui y travaille. Il nous explique que les timbres arrivent le vendredi et qu’il pourra poster nos cartes le lundi suivant… Heuuu, quand on voit le tas de cartes postales en attente, on lui explique qu’on va trouver une autre solution.

Notre balade nous amène enfin (oui, on a pas mal tourné en rond) à la piscine d’un hôtel qui est aussi au propriétaire du club de plongée. Un endroit beaucoup trop luxueux pour nous, mais comme on plonge, on a le droit de profiter de la piscine de cet endroit bien agréable!En fin de journée, on sent l’orage monter et nous commençons à rentrer vers notre petite guesthouse, mais les nuages iront plus vite que nous et nous restons de longues minutes abrités comme nous pouvons devant une banque.De retour dans nos quartiers, nous retrouvons nos amis anglo-américains (pour qui c’est la dernière soirée ici) et toute l’équipe de Corto Divers dans un resto tenu par un Tchèque (faut pas chercher). Une soirée bien sympa mais qui ne dure pas trop longtemps quand même. Demain, il faut se lever.

Sortie des classes à Coron Town
Dernière soirée franco-anglo-américaine avec Anna, Chandler (oui comme dans "Friends"!) et Conor

Deuxième journée 100% plongée ici. Comme la première fois, nous sommes avec Carlos mais aujourd’hui, pas d’épave, des récifs coralliens et surtout « Barracuda Lake », une curiosité locale. Il s’agit d’un lac où, en surface, il y a de l’eau douce et en descendant, on tombe sur de l’eau salée qui frôle les 35 degrés. RDV dans quelques lignes pour plus d’explications.
En attendant, on commence la journée sur un premier récif où on manque une tortue, le temps que Carlos la pointe du doigt elle avait disparu. Mais nous avons droit à un festival de poissons tropicaux et surtout… des Némo! Ils sont trop mignons à nager dans les anémones. Et comme Matthieu a les cheveux de la même couleur, il s’amuse à les chatouiller.
Cette fois, nous avons des photos: merci à Eric, un plongeur norvégien qui est sur le bateau aujourd’hui.
Pour la deuxième plongée, nous avons de nouveau droit à un joli récif où il y a encore pas mal de poissons. On croise notamment un gros mérou, un lion fish et encore tout plein de poissons-clowns. Comme l’avant-veille, après ces deux premières plongées, vient l’heure du déjeuner préparer par notre capitaine!

La famille de Nemo

Et puis, c’est le moment de découvrir le fameux « Barracuda Lake ». C’est un peu une expédition: nous descendons tous du bateau avec notre bouteille dans le dos (presque 20kg avec tout le matériel) pour atteindre le lac qui est en haut d’un escalier! Enfin, on peut se jeter à l’eau, c’est tellement chaud qu’on n’a même pas de combinaison pour cette dernière plongée. Et puis on

descend pour arriver à cette zone où eau douce en haut et eau salée en bas se croisent, ce qui donne l’impression d’un brouillard sur quelques dizaines de centimètres, assez impressionnant à voir. Malheureusement, nous ne verrons pas LE barracuda, qui a donné son nom au lac… mais a priori il existe, Eric, le Norvégien, nous avoue qu’il l’a déjà vu il y a quelques années.C’est ensuite le moment de revenir au bateau, l’équipement est un peu moins lourd puisqu’on a vidé un peu d’air, mais c’est quand même un petit effort.La journée est déjà terminée, et encore une fois, nous avons des étoiles plein les yeux. Pour cette dernière soirée ici, nous retrouvons Eric, le Norvégien, et Randy son instructeur pour un verre ensemble. Et puis on ne s’éternise pas, demain, nous avons un avion à prendre.

Ce vendredi 14 juillet, nous quittons Coron Town au petit matin. Une navette nous conduit jusqu’à l’aéroport où nous embarquons pour Manille.
Nous sommes de retour dans la capitale en fin de matinée, où on s’installe dans un petit appartement tout confort. On va l’avouer, ça nous fait du bien de nous poser dans un

endroit comme ça. On ne verra pas grand-chose de Manille, juste notre quartier où il y a pas mal d’églises, assez impressionnant à voir.Le lendemain, un Uber plus tard, nous sommes de retour à l’aéroport… Direction Singapour! On va retrouver une dernière fois William (sans Annabelle, partie en stage de yoga) pour trois jours (et trois soirées) assez intenses! Merci encore pour l’accueil les amis… on se revoit vite!

Retour de Barracuda Lake avec Randy, Carlos et Eric dans l'ombre