Petit paradis dans le Coromandel

Le 12 Février 2017

Mercredi 1er février, nous nous réveillons dans un free camp à deux heures de Wellington. Nous y sommes arrivés la veille, à la nuit tombée, et on a bien fait de choisir cet endroit plutôt calme puisque la vue sur la montagne au réveil est franchement sympathique.
 

Après un bon petit déjeuner, nous reprenons la route vers la péninsule du Coromandel. En chemin, nous faisons un arrêt à Taupo et aux fameuses chutes de Huka.

Avec un débit de 200.000 litres par secondes, les chutes permettent de produire 15% de l’électricité utilisé dans le pays… autrement dit, c’est impressionnant!

 

Une fois la petite balade terminée, nous reprenons la route avant de nous arrêter à Rotorua, la ville où on peut voir les gisements de souffre. La plupart des parcs sont payant (et très chers) mais on peut quand même voir le phénomène à quelques endroits dans la ville…

En plus de ce spectacle assez inhabituel, ce qui surprend aussi c’est l’odeur: ça sent clairement l’oeuf pourri, mais on finit pas s’y habituer.


Et puis, nous repartons pour avancer encore un peu vers le Nord de la péninsule. Finalement, notre route s’arrête à Waihi, la première ville du Coromandel (enfin, on y est!).

 

Jeudi matin, nous nous réveillons tout doucement… au soleil! Forcément, nous profitons de notre petit déjeuner. Nous prenons aussi le temps de poster une annonce pour vendre la voiture. Eh oui, mine de rien, la fin de notre périple ici se rapproche. Et il faut penser à se débarrasser de notre carrosse, histoire de ne plus l’avoir dans les pattes au moment de prendre l’avion (dans une bonne dizaine de jours).

En milieu de matinée, nous reprenons enfin la route avant de nous arrêter pour passer l’après-midi à Hot Water Beach. Traduction « plage d’eau chaude », il s’agit en fait d’eau chaude qui arrive du sous-sol à marée basse, pour en profiter il faut creuser sa petitepataugeoire sur la plage (au milieu de centaines d’autres touristes). Vous l’aurez compris, la foule aura raison de notre motivation et on se contentera d’un bain dans l’Océan pacifique, le tout premier pour nous. Et franchement, c’est aussi bien!Après cet après-midi détente, direction un des seuls campings (payant mais bien équipé) de la région, pour un peu de confort et une nuit en bord de plage.

Hot Water Beach victime de son succès...

Le lendemain, vendredi 3 février, nous partons découvrir un des endroits les plus connus du Coromandel: « Cathedral Cove ». Une plage accessible après une petite heure de marche sur laquelle l’océan a creusé la roche…
Nous profitons du paysage pendant de longues minutes avant de reprendre la route…

Après quelques nouvelles heures de voiture (et les 30 derniers kilomètres sur des graviers) nous arrivons enfin à l’extrême nord de la péninsule. Nous nous installons dans un des campings (rustique) aménagés sur cette côte restée sauvage. Et alleluia, il y a des douches (froides, mais on peut y accrocher la douche solaire). Surtout la vue depuis la tente est splendide:

On se dit que ça valait le coup de parcourir tout ce chemin. Pendant cette première soirée, nous profitons du coucher de soleil… MA-GNI-FI-QUE.

 

Samedi, nous prenons le temps de nous réveiller dans ce petit paradis. D’ailleurs, nous décidons d’y rester jusqu’au lendemain. Cette journée ne sera pas très (voire pas du tout) active, mais ça fait du bien! Nous prenons quand même quelques heures pour travailler sur le site internet, même si on a un peu de mal à se concentrer avec la plage qui nous appelle (et le vent qui n’est jamais bien loin).

 

Au réveil dimanche, nous savons qu’il est temps de quitter ce petit coin de paradis. Nous profitons une dernière fois de la vue en prenant le petit déjeuner face à l’eau. Et puis en fin de matinée, tout est chargé dans la voiture… Direction le Tongariro National Park et ses montagnes-volcans.