Dans la douceur de Córdoba

Le 30 janvier 2018

Les petites infos en +:


Taxi gare routière - centre-ville: 65P
Empanadas: La Alameda, rue Obispo Tejo et La Vieja Esquina, à l’angle des rues Belgrano et Caseros

Entrée du musée et visite guidée de Manzana Jesuita: 40P par personne
Université, visite gratuite

Pour aller à Alta Gracia, des mini-bus partent toute la journée depuis le terminal d’omnibus, sur le Boulevard Arturo Illia: 62P le trajet
Visite de l’estancia gratuite
Musée du Che:

Bus Córdoba - Mendoza: 930P par personne en cama

Il est 10h du matin quand nous arrivons à la gare routière de Córdoba ce mardi 19 décembre. La chaleur commence déjà à se faire ressentir mais ça ne nous empêche pas d’aller aux quatre coins de la gare pour trouver un bus vers le centre-ville. Même à l’office de tourisme personne ne sait nous dire clairement où prendre un bus et surtout où acheter les fameuses cartes magnétiques rechargeables pour y circuler. Bref, on arrête de tourner en rond et on saute dans un taxi, pour le prix, on n’hésite pas trop longtemps.
Nous débarquons ensuite dans la petite maison où nous avons réservé une chambre pour les prochains jours. Nacho nous accueille avec un grand sourire et nous installe dans ce qui sera notre petit chez nous. Direction la douche et nous partons ensuite dans les rues de cette ville que tout le monde présente comme la capitale des étudiants dans le pays.

Nous recherchons une adresse pour manger un morceau et comme on aime ça, on trouve une terrasse-empananda dans une jolie rue piétonne, bon en travaux la rue mais au moins, il n’y a pas de voiture. Ici, les empanandas ne sont pas très grandes mais elles sont à tomber, surtout la « árabe » et son mélange sucré-salé! Nous reprenons ensuite notre balade dans les rues où on sent l’agitation avant les fêtes. Il y a un monde considérable dans les rues, dans les boutiques… tous ont d’énormes sacs au bout des bras. Nous déambulons entre la Plaza de Armas, la Fuente del Perdón, les différentes églises, en passant par le quartier Güemes.

Ici aussi, la mobilisation contre la réforme des retraites bat son plein. Des étudiants sont déguisés en vieillards et interpellent les passants pour les sensibiliser, d’autres dessinent au sol, le tout est plutôt bien pensé.
Au final, la ville ne regorge pas de monuments mais on s’y sent bien, on commence vraiment à se faire à cette ambiance si agréable qui règne dans ce pays.

Le lendemain, nous profitons de la matinée pour organiser la suite du voyage. On n’en a pas reparler depuis un moment, mais nous suivons de près les réparations de notre van. On vous passe certaines étapes… en gros les pièces de rechange ont été commandées aux Etats-Unis depuis plusieurs semaines mais elles tardent à arriver au Chili. On pensait pouvoir récupérer notre engin avant les fêtes mais on sait depuis quelques temps que ça ne pourra pas se faire avant fin janvier. Il va donc falloir continuer à voyager sans notre maison ambulante. Nous avons donc décidé de poursuivre notre exploration du Chili et de l’Argentine par le Sud, direction la Patagonie en début d’année. Une région qu’on n’aurait pas pu atteindre avec notre van tant les routes sont endommagées. C’est comme ça, il faut s’adapter, mais on est quand même ravis de pouvoir explorer cette partie du monde qu’on avait éliminée de notre périple à cause du van. Finalement, c’est lui (et ses réparations) qui nous permettent d’y aller, mais tout ça, ça s’organise. Nous partons ensuite pour une balade dans cette ville où il fait vraiment bon vivre. A l’ombre des arbres, on profite d’un peu de fraicheur alors que le thermomètre frôle les 35 degrés. Et on ne résiste pas à de nouvelles empanadas sur notre petite terrasse! La journée se poursuit tranquillement, sans trop forcer, ça nous fait du bien de prendre un peu le temps.

Jeudi, c’est la journée où la Manzana Jesuita est ouverte au public. Après une matinée de travail sur le site, nous partons pour la visite. mais c’est la fin de l’année scolaire, le vigile nous explique qu’il n’est pas sûr que la visite ait lieu. Il nous faut revenir à 14h pétantes… c’est ce qu’on fait et ouf, le musée est ouvert. Il est en fait tenu quelques heures pas semaine par un des professeur du collège qui est toujours en activité. L’établissement, classé au patrimoine mondial, a été fondé par les Jésuites au temps de la colonisation. Ce sont eux, aussi, qui ont fondé l’université qui est accolée au collège. Le prof-guide nous raconte l’histoire de cet établissement devenu mixte depuis quelques années seulement.
L’endroit est comme figé dans le temps avec des bureaux d’écoliers à l’ancienne, une cour de récréation qui ressemble plus au cloitre d’un couvent qu’à un terrain de jeu et une salle des professeur qui a des airs de musée. D’ailleurs après la petite visite, on a accès à une sorte de petit musée des curiosités du collège comme un globe entièrement vierge qui servait aux interrogations orales!
Nous continuons cette journée de visite par l’Université. Là c’est une immense collection de livres anciens venus de toute l’Europe qui est exposée. Il y a notamment un des livres les plus importants du monde, le Bible écrite en 7 langues, le tout sur une dizaine de volumes. Une journée très instructive qui se termine par une bonne glace bien méritée!

La Cour du Collège

Le lendemain, nous décidons de quitter Córdoba, pour la journée, pour aller visiter Alta Gracia à moins de deux heures de route. C’est ici que le Che a passé une partie de sa vie. Mais en arrivant, on nous explique que sa maison réaménagée en musée est fermée aujourd’hui à cause d’un pont à l’approche des fêtes de Noël… bon bah pas de chance! Heureusement pour Matthieu, il l’avait déjà visité il y a quelques années avec son ami Yann. Mais l’Estancia, elle, est ouverte, allez comprendre. L’estancia, c’était un peu la base arrière des Jésuites installés à Córdoba. Certains d’entre eux y vivaient pour cultiver, élever, forger tout ce dont les autres avaient besoin en ville. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils étaient plutôt bien installés…

Après un super méga orage, nous pouvons aller visiter cette fameuse estancia qui vaut le détour à elle seule. On était venus pour la maison du Che, on ne repart pas déçus, c’est le principal. De retour à Córdoba, nous profitons de la douceur de la ville avec une petite balade sur la Plaza de Armas et une petite terrasse dans notre quartier.

Samedi 23 décembre, c’est notre dernière journée dans cette jolie ville. On profite de la connexion pour envoyer quelques messages et peaufiner notre itinéraire dans les prochaines semaines. Et puis une dernière balade dans la villes, une dernière cession terrasse-empanada et nous voici de retour à la gare routière. Une gare qui est en ébullition à la veille du réveillon de Noël, il y a un monde fou, on se croirait à Montparnasse! Mais on est bien loin de Paris, pour nous, c’est direction Mendoza, pour un réveillon au pays du vin…