Un petit article pour revenir sur ce deuxième séjour au Liban. La première fois déjà, il y a un an et demi, nous étions tombés sous le charme de ce pays aux multiples facettes et à l’histoire compliquée. Peut-être parce que nous avons nos amis là-bas. Car il faut bien l’avouer il est plus facile de découvrir le Liban en connaissant quelqu’un sur place. Pour voyager seul, il faut un sacré budget car il n’y a aucun transport en commun, aucun hôtel abordable… (on raconte comment ça se passe ici).
Mais si vous avez des amis ou de la famille sur place, surtout n’hésitez pas…

Ce pays est magique. Malgré sa position géographique compliquée, enclavé entre la Syrie et Israël, l’ambiance y est presque insouciante. Bien sûr certaines régions sont évitées par les chrétiens, comme d’autres zones sont désertées par les musulmans. Le Liban c’est ça: des communautés qui se sont déchirées et qui essaient aujourd’hui de vivre côte à côte, car on ne peut pas vraiment dire « ensemble » puisque les religions ne se mélangent pas: il y a des quartiers ou même des régions pour chaque confession.
Savez-vous combien il y a de religions différentes qui se côtoient dans le pays? Plus de 18…
Nous n’allons pas toutes les énumérer ici, mais on vous laisse imaginer.
La Constitution libanaise basée sur celle de la France, comme l’Armée et comme, il faut le dire, beaucoup d’institutions, a voulu que les religions majoritaires aient chacune un représentant au plus hautes fonctions de l’Etat. C’est unique dans le monde et encore plus au Moyen-Orient.
On pourrait citer le pays comme un exemple pour le monde. Malheureusement, le système a beaucoup de mal à avancer.
A l’heure où nous écrivons ces quelques lignes, l’ancien Général Aoun, vient d’être élu Président de la République du Liban, alors que le siège était vacant depuis plus d’un an et demi.

Outre cette tolérance entre communautés, ce qui nous plait au Liban c’est l’ambiance… Nos amis sont chrétiens donc nous manquons certainement de points de comparaison, mais nous aimons leur mode de vie, comme si chaque jour était le dernier. C’est comme ça de vivre dans un pays qui a connu des conflits (le dernier date de 2006) et qui a subi 20 ans de guerre civile. Quand on se balade dans certains quartiers de Beyrouth, ce passé est visible mais la jeunesse et la fureur de vivre l’emportent largement: les restaurants sont pleins à craquer et les bars ne désemplissent pas. Nous pensons que c’est ce qui nous plait ici: un mode de vie à l’orientale, avec des touches occidentales et même françaises, puisque notre pays conserve une relation privilégiée avec le peuple libanais. Voilà, c’est ce qu’on ressent dans le pays. Un pays qui est avant tout méditerranéen… Impossible d’échapper à sa nonchalance, ses montagnes venant s’échoir dans la mer, sa cuisine, ses plages bondées, son passé phénicien et gréco-romain, ses vignobles, sa vie nocturne… Bref, c’est ça le Liban! (Hein Michel!?)

On pourrait écrire un livre sur le Liban, mais d’autres l’on fait mieux que nous auparavant… pour toucher du doigt ce que nous racontons, il faut y aller, tester, ressentir cette ambiance que nous aimons particulièrement. Car on peut le dire ce pays fait partie des rares endroits dans le monde où nous pourrions poser nos valises… Le Liban ne se raconte pas, il se vit. Et nous comprenons la fierté des 18 millions de Libanais exilés à travers le monde, leur pays est à part… unique et envoutant!

Le 14 novembre 2016

Le Liban, patchwork du Moyen-Orient

Liban