Le déclic dans les Catlins

Le 3 Février 2017

Samedi 21 janvier, nous nous réveillons dans la douceur de notre camping de Milton. Au programme de la matinée: rangement et machines à laver! On ne dirait pas mais avec l’humidité, ça commence à sentir là-dedans.
A la mi-journée, nous partons pour la région des Catlins, tout au Sud du pays, avant de rejoindre Invercargill. Nous sentons la météo se gâter, mais nous essayons de ne pas trop y penser…


Premier arrêt à Kaka Point (ça ne s’invente pas) où nous arrivons à apercevoir deux pingouins perdus sur la plage. Nous nous arrêtons ensuite à Nugget Point, une falaise surplombée par un phare, qui se jette dans l’océan. Là aussi, nous pouvons voir de loin des pingouins et des phoques.

Nous reprenons la route un peu plus vers l’Ouest et nous faisons un détour pour voir les chutes de Purakaunui. Ce n’était pas l’idée de l’année mais au moins ça a été l’occasion d’une nouvelle petite balade.

Pour cette nuit, nous choisissons de nous installer dans un camp du DOC à Papatowai, et ouf: il y a un abri fermé pour cuisiner. Nous y passons la soirée avant que la pluie ne fasse son retour dans la nuit.

Dimanche matin, nous nous réveillons sous une pluie battante. Nous remballons la tente trempée, et très vite nous prenons la route, au moins nous sommes au sec. Impossible d’imaginer faire quoi que ce soit avec ce temps. Nous décidons donc d’aller à Invercargill où la bibliothèque est ouverte. Ce sera une journée studieuse pendant laquelle nous préparons les prochaines étapes

Nugget Point

de notre périple, qui sont très incertaines. Nous sommes censés faire Milford Track à la fin de la semaine, mais la météo, elle, ne doit pas s’améliorer. Et nous commençons à penser qu’il faudrait peut-être annuler. Pas la peine de perdre du temps (et pas mal d’argent) pendant 4 jours sous la pluie.En milieu d’après-midi, nous quittons la bibliothèque et nous allons chercher un peu de chaleur et de réconfort dans un fast food, « Burger King » pour ne pas le citer. La pause terminée, rien n’a changé dehors… et la soirée approche sans espoir d’amélioration. Nous décidons d’aller dans un camping qui parle d’un abri en cas de mauvais temps. C’était inespéré, mais nous trouvons cette perle rare, perdue dans la campagne proche de la ville. L’abri est en fait une serre, qui nous évite la vent et la pluie… mais pas le froid! Au moins nos affaires peuvent un peu sécher et enfin nous dormons au sec!

Atelier séchage dans notre "abri-serre"

Lundi 23 janvier, après une dernière vérification des prévisions météo, nous décidons d’annuler pour de bon notre rando. Nous sommes très déçus car il s’agit de la marche présentée comme « la plus belle au monde » et surtout nous avions réservé des mois à l’avance. Mais il faut se rendre à l’évidence: impossible de prendre du plaisir dans ces conditions. Nous avançons aussi notre ferry pour remonter dans l’île du Nord. Traversée prévue lundi prochain. Ce qui nous laisse une petite semaine pour parcourir les 1000km jusqu’au ferry.

Quand tout ça est fait, la journée est déjà bien entamée. Nous décidons de partir à Bluff (sur la photo), la dernière vraie « ville » au Sud. C’est là que les premier bateaux européens sont arrivés dans les années 1800. Vue la météo changeante au fil des heures, on a un peu de mal à imaginer comment ils ont décidé de bâtir une ville ici!

Une fois encore nous subissons les caprices de la météo… c’en est trop pour nous. Nous décidons d’entamer la remontée dès cet après-midi. Arrêt à Gore pour la soirée, où enfin, nous pouvons profiter d’une soirée sans gros nuage.