Silence on vote... un week-end à Sucre

Le 17 janvier 2018

Les petites infos en +:


Entrée Casa de la Libertad: 15BOB / personne
Cimetière: gratuit
Covento de la Recoleta : 15BOB / personne
Bus Sucre - Tupiza : 110BOB / personne

Après 4h de trajet, nous voici à Sucre ce vendredi 1er décembre. La ville est la capitale administrative du pays… on n’a pas encore bien compris comment tout fonctionne ici mais avec La Paz, elle se dispute le titre de capitale.
Et ce vendredi est le début d’un week-end bien spécial dans le pays. Il y a des élections dimanche pour élire les juges. Et ici, on ne rigole pas avec le droit de vote: tout le monde doit participer sinon c’est sanction directe. Et pour être sûr que tout le monde participe et ne se trompe pas de candidat, la vente d’alcool est interdite dès le vendredi midi partout dans le pays. Et bien sûr les transports sont à l’arrêt dès le samedi après-midi jusqu’au dimanche soir au moins. Eh bien, ça risque d’être long ce séjour!

À la gare routière, nous grimpons tous les quatre dans un taxi, direction le centre-ville où nous avons réservé une chambre dans un hostel avec terrasse et barbecue… au moins on va pouvoir s’occuper. On constate dès notre première balade dans la ville que c’est un week-end bien spécial qui se prépare puisqu’il n’y a pas grand monde dans les rues. Un petit resto plus tard, nous sommes de retour à l’hostel où on ne traine pas trop. On a envie de profiter de la journée du lendemain.

Première mission ce samedi matin, faire des courses pour les deux prochains jours. Tout sera fermé dans quelques heures, on ne voudrait pas mourrir de faim d’ici lundi matin. On se lâche en pensant aux différents barbecue qu’on va pouvoir faire. Mais un élément essentiel manque à l’appel: un peu de vin pour accompagner tout ça! Heureusement, la responsable de notre hostel nous rassure: ils ont un petit stock et si on ne sort pas avec, nous pouvons consommer tranquillement sur la terrasse. Nous voilà rassurer.
Après cette mission préparation, nous partons enfin nous balader dans la ville qui est vraiment charmante. On a l’impression de découvrir un nouveau pays, rien à voir avec la Bolivie que nous parcourons depuis deux semaines: des bâtiments coloniaux quasi-intacts, des ruelles charmantes, propres, des petites boutiques…
Nos pas nous conduisent jusqu’au marché où les fruits et légumes offrent un joli festival de couleur, et pour l’odeur il y a le rayon viande… un vrai bonheur! Nous terminons dans l’étage des comedor et on s’installe chez

la cuisinière qui a le plus de monde (c’est souvent bon signe). Nous ne nous sommes pas trompé, sa milanaise est vraiment pas mal!

Nous repartons ensuite déambuler dans cette ville et visitons la Casa de la Libertad. C’est ici que fut signée l’indépendance de la Bolivie en 1825. Le musée abrite le premier parlement du pays mais aussi une galerie des illustres avec le portrait de chacun des président du pays. Comme nous l’explique la guide, beaucoup sont des bons vieux dictateurs… et à la manière des plus anciens portraits on trouve celui d’Evo Morales, l’actuel président et le seul issu d’une famille indigène. Après deux mandats, il tente actuellement de faire modifier la constitution pour se représenter… comme quoi le pouvoir fait faire bien des choses! Après cette journée découverte, nous prenons la direction de l’hostel pour préparer la soirée barbecue… une soirée partagée avec d’autres Français et qui se termine un peu tard.

Bolivar et les drapeaux du pays

Dimanche, c’est le grand jour… tout le monde aux urnes. D’ailleurs, personne n’est à l’hostel pour servir le petit déjeuner ou donner un petit coup de ménage pourtant bien nécessaire dans les sanitaires! Bien obligés de s’en contenter, nous faisons comme on peut pour trouver une douche propre. Et puis c’est de nouveau barbecue party avec apéro… une journée bien productive à profiter du soleil sur la terrasse. De mon côté, j’essaie quand même d’avancer un peu sur le site internet mais ce n’est pas très productif. On profite aussi de la connexion pour appeler la famille. Et puis nous rencontrons Meggie et Julie deux voyageuses françaises qui ont déjà croisé la route d’Audrey & Dax au cours des dernières semaines. Comme nous, elles prévoient de faire le Salar d’Uyuni dans quelques jours. Mais nous pensons partir d’Uyuni au Nord et elles  prévoient un départ depuis Tupiza, plus au Sud et moins touristique… on se laisse la soirée les uns et les autres pour réfléchir! Une soirée marquée elle aussi par son barbecue (le dernier, enfin) et ses bouteilles de vin local, la cave de l’hostel était assez fournie finalement!

Lundi matin, enfin, nous pouvons reprendre une activité normale. Mais la météo a décidé de nous jouer un sale coup, il pleut des cordes à notre réveil! Heureusement ça se calme un peu au fil des minutes et nous pouvons sortir. Après une mission laverie, nous partons découvrir le cimetière de la ville qui est assez incroyable par son immensité et ses couleurs. Et puis nous passons entre les goutes pour prendre un déjeuner dans un joli petit café déjà testé samedi après-midi. Avant de continuer nos visites, nous trouvons nos billets de bus pour le soir même… ce sera direction Tupiza! Les filles nous ont convaincus, ça semble moins

touristique que Uyuni et nous serons plus proche de notre prochaine destination… le Nord de l’Argentine. Après ces questions d’organisation, direction ensuite le Covento de la Recoleta, pour une dernière visite. Comme tous les monastères, il abrite un joli petit cloître mais surtout un cèdre de plusieurs centaines d’années. Des peintures, une jolie petite église, bref, une visite sympa et surtout nous sommes à l’abri de la pluie. Parce que dehors ce n’est pas franchement la joie. Audrey et Dax partent s’abriter dans le petit café pendant que Matthieu et moi partons à la recherche de cartes postales et surtout de timbres! Personne ne semble savoir où on les achète, enfin une personne un peu mieux renseignée nous indique la Poste, la vraie.

Une fois notre mission remplie nous décidons de manger un dernier morceau avant de quitter la ville. Nous partons ce soir pour notre dernière étape bolivienne… Tupiza, porte d’entrée vers le Lipez et le fameux Salar d’Uyuni.

La Place du Covento de la Recoleta, sous les nuages