Avoir une voiture, un van, un camping-car… c’est le rêve de pas mal de voyageurs. Surtout en Amérique du Sud où certains endroits sont difficiles d’accès et où les transports peuvent vite revenir chers.
A part envoyer son véhicule depuis l’Europe vers un port sud-américain, la solution est de trouver son bonheur sur place. Et pour ça, tous les voyageurs vous diront que le plus « simple » c’est au Chili. Pourquoi? parce que les démarches pour les étrangers sont largement accessibles et que la plupart des autres pays interdisent purement et simplement l’achat aux étrangers.

OÙ CHERCHER SON FUTUR VÉHICULE

Une fois qu’on sait ça, il n’y a plus qu’à éplucher les annonces sur place. Plusieurs sites existent, comme Le Bon Coin chez nous:
- chileautos.cl à notre avis celui qui propose le plus de choix, tout le monde dépose son annonce ici. N’écrivez pas par mail via le site, ça ne fonctionne pas. Les propriétaires laissent leur coordonnées vous pouvez directement communiquer sur WhatsApp.  
- yapo.cl
- mercadolibre.cl

Il y a aussi des groupes de voyageurs sur Facebook. Une fois votre demande d’entrée acceptée, vous pouvez voir toutes les annonces à travers le monde:

- Overlanding Buy & Sell
- PanAmerican Travelers Association
- Overlanding the Americas
- Overlanding Essentials Buy and Sell
- Overland Sphere


Voilà en gros tout ce qui existe pour trouver le véhicule de vos rêves. Mais une fois qu’on sait ce qu’on veut, il y a tout plein de démarches à faire pour qu’il soit bien à vous.
Etape par étape, voici ce qu’il faut faire:
obtenir un RUT ou ROL (numéro provisoire), traduction: un numéro chilien, traduction: une sorte d’identifiant (comme un numéro de sécurité sociale chez nous). Chaque Chilien ou personne qui vit sur le sol chilien en a un, ils font tout avec: leur courses, RDV chez le médecin, impôts…
passer devant le Notaire pour l’achat-vente
prendre une assurance pour quitter le pays, MAPFRE par exemple.


OBTENTION DU RUT:

C’est un peu votre sésame, sans ce numéro, impossible d’acheter. Rassurez-vous ça reste assez simple, il faut quand même trouver parrain qui vit au Chili (et qui a déjà une adresse et donc un RUT). Il « suffit » de connaître quelqu’un sur place. Alors, oui, pas évident de connaître une personne qui vit à Santiago et qui a une matinée à perdre pour vos beaux yeux. En agitant votre réseau (c’est ce qu’on a fait), vous trouverez certainement cette amie d’ami qui a sa tante sur place (on en profite pour remercier une nouvelle fois François, Lia et surtout Alicia, notre marraine). Si ça s’avère compliqué, en lançant un appel Facebook sur le groupe « Français au Chili », certains d’entre eux vous proposeront leurs services (contre rémunération…).

Bref, une fois ce parrain ou cette marraine trouvé ça va assez vite:

- Aller seul au service des impôts dont dépend votre parrain. Là ils vous donnent toute la liste des documents nécessaires et l’original du formulaire « Poder mandatorio administrator o representante »

- Aller chez un notaire avec votre parrain. Avec lui, faire authentifier les photocopies de votre passeport et de sa carte d’identité. A faire authentifier aussi, le « Poder mandatorio administrator o representante » préalablement rempli.

- Une fois tous ces documents authentifiés en poche, retour au centre des impôts. Attendez votre tour au comptoir « RUT », et tout se fait naturellement. La personne valide vos documents et vous repartez avec votre RUT.
Attention toutefois, il n’est pas enregistré automatiquement au « Registro Civil », notre préfecture, donc pour la vente il faut repasser devant le notaire.


ACHAT - VENTE DEVANT LE NOTAIRE

Avec votre RUT (vous vous prenez pour le roi du monde) mais surtout vous pouvez acheter votre véhicule. Avec l’ancien propriétaire, vous allez ensemble chez le Notaire. Comme écrit plus haut, impossible de faire ça directement au Registro Civil puisque votre numéro n’est pas encore enregistré par les administrations.
Chez le notaire, voici la liste des documents nécessaires (à part votre RUT, c’est au propriétaire à fournir tous les autres papiers):
- le RUT de l’acheteur et du vendeur
- le « padron », une fiche blanche équivalent à notre carte grise
- le « certificado de anotaciones » certificat d’inscription du véhicule au Registro Civil (qui peut s’obtenir sur Internet)
- le « permiso de conducir », un certificat qui autorise le véhicule à circuler
- la « multa de transito no pagadas », un certificat qui montre que le véhicule n’a pas d’amende non payées en cours
- le contrôle technique
- le certificat d’émission de gaz à effet de serre (renouvelable tous les 3 mois à Santiago, une fois par an dans le reste du pays).

Avec tout ça, vous voilà prêt à enregistrer l’achat de votre véhicule. En quelques minutes, le notaire vous rédige un bel acte de vente, qu’il faut signer et le tour est joué… ou presque.
Pensez à demander une (et même plusieurs) autorisation de sortie du territoire, signée par l’ancien propriétaire. Oui, le véhicule n’est plus à lui mais il doit vous donner l’autorisation de sortie de territoire. La raison: il faut attendre une vingtaine de jours que le changement de propriétaire soit enregistré par le Registro Civil. Et donc pendant ce temps, le véhicule reste au nom de l’ancien propriétaire… Après cette vingtaine de jours, vous pouvez récupérer, les nouveaux papiers du véhicule directement sur le site du Registro Civil où dans n’importe quel Registro Civil à travers le pays.  


PARTIR SUR LES ROUTES

Avant de vous lancer dans la grande aventure, vérifiez bien que vous avez tous les papiers nécessaires pour passer les frontières:
- le padron (carte grise) au nom de l’ancien propriétaire si vous partez rapidement. Sinon, il arrive dans les trois semaines chez vitre parrain
- l’autorisation notariée de sortie du territoire signée par l’ancien propriétaire
- le contrat de vente
- le permiso de conducir à renouveler en mars chaque année

- le contrôle technique
- le certificat d’émission de gaz à effet de serre
- le SOAT ou seguro l’assurance de base obligatoire sur le sol chilien (déjà payée par l’ancien propriétaire s’il payait par an, sinon à prendre vous-même)
- une assurance internationale, si vous comptez quitter le pays. Par exemple, l’Argentine exige ce genre d’assurance pour entrer sur son territoire. Il y en a plusieurs, nous avons choisi MAPFRE, ils ont un bureau dans le centre de Santiago.


Et voilà, vous êtes prêt à voler de vos propres ailes…
Un conseil, conservez contact avec l’ancien propriétaire et essayer d’avoir le contact d’un mécanicien sur place… on dit ça on dit rien!

 


Le notaire au Chili:
Petite explication de ce qu’est un Notaire ici au Chili. Rien à voir avec les ambiances feutrées, calmes et sérieuses qu’on connaît chez nous. Ici, le métier est très différent. Ce sont des sortes de bureaux avec plusieurs comptoirs où des secrétaires traitent votre dossier. Les files d’attente sont très longues et il faut souvent jouer des coudes pour s’imposer. Ici, le notaire sert surtout à authentifier des documents en apposant son tampon ou sa signature.

Acheter un véhicule au Chili

Chili

Septembre / Octobre 2017